Sangre #1, la preview

Sangre, Sangre la survivante, éditions Soleil, Arleston, Floch, BlanchardSangre, c’est la toute nouvelle série de planet-fantasy écrite par Christophe Arleston dont la sortie est prévue pour le 15 août 2016. Arleston est accompagné par Adrien Floch au dessin et Fred Blanchard pour les designs.

Sangre, petite fille, voit sa famille massacrée et sa mère enlevée par la compagnie des Sombres Écumeurs. Seule survivante, elle grandit dans une institution où on lui apprend à maîtriser un pouvoir qui lui permet de figer le temps quelques secondes, avant de poursuivre son éducation à l’école de la rue.
Sangre ne rêve que d’une chose, retrouver sa mère et se venger des sept pirates qui ont tué les siens. Elle doit en premier lieu retrouver le complice qui a permis aux écumeurs de sévir. Il mérite d’être châtié, mais surtout, il est le seul à pouvoir renseigner la jeune fille sur l’identité de ceux qu’elle recherche….

une Case en plus vous propose de découvrir les premières planches de cette nouvelle grande série publiée par les éditions Soleil.

Bonne lecture !

Sangre, Sangre la survivante, éditions Soleil, Arleston, Floch, Blanchard
Sangre, Sangre la survivante, éditions Soleil, Arleston, Floch, Blanchard
Sangre, Sangre la survivante, éditions Soleil, Arleston, Floch, Blanchard
Sangre, Sangre la survivante, éditions Soleil, Arleston, Floch, Blanchard
Sangre, Sangre la survivante, éditions Soleil, Arleston, Floch, Blanchard
Sangre, Sangre la survivante, éditions Soleil, Arleston, Floch, Blanchard
Sangre, Sangre la survivante, éditions Soleil, Arleston, Floch, Blanchard
Sangre, Sangre la survivante, éditions Soleil, Arleston, Floch, Blanchard
Sangre, Sangre la survivante, éditions Soleil, Arleston, Floch, Blanchard
Sangre, Sangre la survivante, éditions Soleil, Arleston, Floch, Blanchard

 

Sangre #1
Sangre, la survivante
Christophe Arleston – Adrien Floch – Fred Blanchard
Editions Soleil
Parution : 18 août 2016

 

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Les Dalton #1, la critique

Les Daltons, Le premier mort, Olivier Visonneau, Jesus AlonsoOlivier Visonneau et Jésus Alonso s’attaquent aux célèbres et mythiques frères Dalton dans un dyptique dont Le premier mort est le premier tome.

Coffeyville, Kansas, est le théâtre du dernier braquage du gang des Dalton. Traqués par toutes les polices du pays, les trois frères décident de dévaliser simultanément les deux banques de la ville avant de fuir vers l’Argentine. Le hold-up tourne court. Bob et Grattan sont cernés par les citoyens de Coffeyville armés jusqu’aux dents. Emmet, le cadet, timide et introverti, assiste de loin au terrible guet-apens. Le poltron de la fratrie trouvera-t-il le courage de sauver ses frères du déluge de feu qui va s’abattre sur leur tête ?

Voilà une belle idée que d’avoir consacré un dyptique aux frères Dalton, dont le nom résonne bien évidemment auprès de tous les fans de Lucky Luke. Pourtant, il n’y a aucune ressemblance entre ces Dalton et ceux issus de l’univers de Lucky Luke qui ne sont que des cousins fictifs aux vrais frères Dalton dont il est question dans cet album. Librement inspiré de l’autobiographie d’Emmet Dalton, le scénario d’Olivier Visonneau s’intéresse à montrer comment cette fratrie issue d’une famille plutôt respectable est passée du côté sombre et devenue la pire bande de malfrats de l’ouest américain. Le lecteur suit, sous forme de flashbacks, les frères Dalton Grat (Grattan), Bob (Robert) et Emmett au cours d’un récit bien ficelé et captivant.

Les Daltons, Le premier mort, Olivier Visonneau, Jesus Alonso
Les Daltons, Le premier mort, Olivier Visonneau, Jesus Alonso 1
Les Daltons, Le premier mort, Olivier Visonneau, Jesus Alonso 2
Les Daltons, Le premier mort, Olivier Visonneau, Jesus Alonso 3
Les Daltons, Le premier mort, Olivier Visonneau, Jesus Alonso 4
Les Daltons, Le premier mort, Olivier Visonneau, Jesus Alonso 5
Les Daltons, Le premier mort, Olivier Visonneau, Jesus Alonso 6

Graphiquement, ce premier tome des Dalton est tout aussi réussi. Le lecteur est immergé dans ce western à l’ambiance sombre superbement mis en images par Jesus Alonso.

Le premier mort ouvre un dyptique intéressant et passionnant sur l’histoire des véritables Dalton. On attend le second tome, celui où tout va basculer, avec impatience.

 

Les Dalton #1
Le premier mort
56 pages
Olivier Visonneau – Jesus Alonso
EP Editions
Parution : 22 juin 2016

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Etienne Willem, dans la case…

Dans la case, Etienne Willem, Les ailes du Singe, Wakanda, Editions Paquet

une Case en plus vous propose de rentrer Dans la case d’un auteur de bande dessinée, qu’il soit scénariste, dessinateur ou encore coloriste. Dans la case, c’est simple : l’auteur choisit une case au sein de son dernier album, explique son choix et la décrypte pour vous.

Aujourd’hui, Etienne Willem vous propose d’entrer dans la case… 3 de la page 24 de Wakanda, le premier tome des Ailes du singe, publié aux éditions Paquet.

Dans la case, Etienne Willem, Les ailes du Singe, Wakanda, Editions Paquet

« C’est le début d’une séquence forte de l’album au cour de laquelle des avions vont se poursuivre dans les rues de Manhattan. J’avoue avoir été pas mal inspiré par le film Captain Sky and the world of tomorrow quand je l’ai imaginée. 

Dans la case, Etienne Willem, Les ailes du Singe, Wakanda, Editions PaquetCette case présentait de nombreuses difficultés techniques comme des buildings, des avions et des voitures (toutes choses que je n’aime pas trop dessiner, mais c’était le défi que je m’étais lancé en entamant cette histoire). 

La case originale est au format A3, elle représente Time Square; pour éviter les problèmes de droits, j’ai légèrement déplacé la perspective de ma photo de référence et fait sauter la berne centrale pour pouvoir donner l’idée d’un trafic dense. C’est toujours un dilemme de décider entre le respect de la documentation et l’efficacité de la case. 

Il fallait que chaque élément de la mise en scène soit très lisible pour ne pas nuire au rythme effréné de la poursuite. On devait voir aussi bien Harry, pendu au hauban de son avion/bugatti, que les boeing P-12 lancés à sa poursuite, que la réaction des passants, que l’ambiance de New York, la nuit, que je voulais plus vivante, jazzy et bruyante que les scènes du début où l’on voit essentiellement la misère liée à la crise de 29. 

J’ai donc choisi une perspective en fish eye qui me semblait correspondre à ce que je voulais. Placer le décor a été laborieux, mais pas ultra compliqué. Le gros morceau, pour moi, c’était que la représentation de New York soit identifiable, tout en restant cohérente avec le style cartoon des personnages. Même problème pour les voitures, mais je m’y attelais courageusement quand, arrivé au bout de mon dessin, je me suis aperçu que les voitures roulaient à gauche… à l’anglaise !!! Pas le choix, on gomme et on recommence…. 

Dans la case, Etienne Willem, Les ailes du Singe, Wakanda, Editions PaquetDans la manœuvre, un des personnages pointant le doigt vers les avions a été en partie masqué par une voiture, c’est une erreur regrettable, mais je n’ai pu me résoudre à déplacer la voiture sur la droite, ce qui l’aurait rendue illisible, ni à la supprimer car elle renforce la perspective globale. J’aurais pu faire glisser le personnage sur la gauche, mais cela aurait trop regroupé les passants. J’ai laissé cela en l’état, ce n’est pas forcément ce qu’il y avait de plus judicieux à faire mais je l’assume…

La principale raison de ce choix est que je ne voulais pas me priver du plaisir des petits détails anodins qui donnent de la vie à la case. Ainsi, on peut voir un raton laveur qui s’éloigne en courant… Fuit-il les avions ou le policier à sa gauche ? Chacun jugera. 

Parmi les autres détails que j’aime bien, on voit un couple qui fait visiblement la java dans une voiture, le verre à cocktail témoigne de leur mépris total pour la loi sur la prohibition. Il y a aussi un bout d’affiche du film King Kong dont l’ombre plane sur tout l’album ou encore une publicité pour le tabac (tout le cynisme d’une société qui interdit l’alcool tout en poussant les gens au cancer). 

C’est ce genre de petites anecdotes que j’aime placer dans mes dessins, elles me permettent, sans être ostentatoire, de replacer mes recherches documentaires et de donner une personnalité à chaque élément de la case. »

 

Dans la case, Etienne Willem, Les ailes du Singe, Wakanda, Editions Paquet 

Merci à Etienne Willem de sa participation.
Et retrouvez notre chronique de Wakanda, premier tome des Ailes du singe.

Share on FacebookTweet about this on Twitter