Aldobrando, la critique

Gipi et Luigi Critone signent, aux éditions Casterman, Aldobrando, un récit à mi-chemin entre le conte médiéval et le récit picaresque.

Avant de « descendre combattre à la Fosse » le père d’Aldobrando sachant son heure venue, le confia à un mage. Celui-ci devrait le protéger et l’éduquer jusqu’à ce qu’il soit en âge de découvrir le vaste monde. Quelques années plus tard, voilà que la préparation d’une potion tourne au drame. Grièvement blessé à l’œil par un chat qui ne voulait pas bouillir, le mage demande à son jeune protégé d’aller en urgence lui quérir l’Herbe du loup. Mais comment peut-on se débrouiller en botanique alors que l’on n’a jamais mis un pied dehors et que l’on tombe nez à nez avec l’assassin du fils du Roi de Deux Fontaines ?

Quelle claque ! Gipi signe ici une histoire absolument magnifique à mi-chemin entre la fresque chevaleresque et le récit picaresque dans lequel Aldobrando, un jeune homme chétif et naïf, va être contraint de s’extirper de sa zone de confort et affronter de nombreux dangers pour essayer de sauver son maître, blessé au visage par un chat. Avec tout le talent qu’on lui connaît, Gipi signe une histoire médiévale, qui prend son origine dans un jeu de société à base de cartes créé par le scénariste lui-même, à la fois captivante et bouleversante. L’épopée du jeune garçon, que l’on voit évoluer et murir tout au long du récit, est renversante. Aldobrando vit mille malheurs, et pourtant, il se dégage de ce récit énormément d’optimisme, d’innocence et de pureté qui enivrent totalement le lecteur. Tour à tour sombre, émouvant et drôle, Aldobrando est une histoire sincèrement passionnante de bout en bout.

Aux dessins, Luigi Critone est remarquable. Dans un style réaliste aux accents historiques, il crée une ambiance médiévale, aux décors superbes, très réussie dans lequel le lecteur s’immerge aisément. Son trait fin et élégant apporte une certaine douceur et une humanité aux différents protagonistes, ce qui accentue cette étrange et bienveillante sensation d’innocence et de pureté qui transpire tout au long du récit. A cela s’ajoute des faciés et des postures très expressifs. Le découpage est fluide et les cadrages très soignés. N’omettons pas de mentionner le travail remarquable qui a été effectué, par Francesco Daniele et Claudia Palescandolo, sur les couleurs, qui en proposant et alternant des scènes très sombres et des scènes beaucoup plus lumineuses subliment le dessin et apportent énormément de densité au récit.

Avec Aldobrando, c’est un magnifique récit que proposent Gipi et Luigi Critone. Ils signent une fresque initiatique touchante remplit d’humanité qui fait tout simplement du bien. Indéniablement, le premier coup de cœur de l’année 2020.

Aldobrando
208 pages
Gipi – Luigi Critone
Casterman
Parution: 15 janvier 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.