Alvin #1, la critique

Alvin #1 - L'héritage d'Abélard - DargaudRégis Hautière et Renaud Dillies signent, chez Dargaud, une suite à la série Abélard avec un nouveau diptyque intitulé Alvin.

Son ami disparu, l’ours mal léché Gaston traîne son désespoir à New York. Mais rien à faire ! Son karma doit être d’aider les petits êtres aux mille questions ! Alvin, un jeune orphelin revêche, profitera de sa belle âme. Les voilà sur les routes, accompagnés, pour ne rien arranger, d’un prédicateur fou !

Régis Hautière propose la suite d’Abélard. Mais bonne nouvelle, il n’est pas besoin d’avoir lu le précédent dyptique pour apprécier cette suite. Le scénariste embarque le lecteur dans un récit à la fois émouvant et très poétique. Loin de proposer un album jeunesse comme le laisse supposer le couverture, L’héritage d’Abélard peint la dureté de la vie et propose une belle rencontre entre deux personnages très touchants : Gaston, l’ours bourru travaillant sur un chantier, et Alvin, un jeune garçon un brin forte tête qui se retrouve orphelin du jour au lendemain… Ce premier tome est une très belle histoire dotée des dialogues savoureux et efficaces…

Alvin #1 - L'héritage d'Abélard - DargaudGraphiquement, les dessins de Renaud Dillies sont vraiment superbes. Ses personnages zoomorphes apportent énormément de douceur à ce récit plus dur que ne laissent penser les apparences. Le dessinateur soigne également le découpage de l’album pour alterner scènes rythmées et moments plus lents.

L’héritage dAbélard, premier tome d’Alvin, est un très beau récit qui touche le lecteur aussi bien grâce aux textes justes qu’aux dessins magnifiques et doux.

 

Alvin #1
L’héritage d’Abélard
Régis Hautière – Renaud Dillies
Dargaud
Parution : 12 juin 015

3 réactions sur “ Alvin #1, la critique ”

  1. Ping Renaud Dillies s'expose à la galerie Comic Art Factory | une Case en plus

  2. stefanny koberti Réponse

    juste une remarque … Vos critiques sont tjrs plus élogieuses avec les ’’GROS éditeurs’’ …

    • une Case en plus Auteur ArticleRéponse

      Bonjour,

      Je ne pense pas. Bien au contraire, j’essaie d’être le plus neutre possible sans faire de distinction parmi les éditeurs. Preuve en est, je n’ai pas hésité à dire tout le mal que je pensais des derniers albums de XIII de Yves Sente et Youri Jigounov eux aussi édité par Dargaud. C’est aussi la raison pour laquelle j’ai créé la rubrique « On a lu, mais on ne va pas de mentir » (qui va bientôt revenir) dans laquelle j’ai critiqué des albums de Glénat, Bamboo ou le Lombard qui ne m’on pas inspiré.

      J’ai par ailleurs chroniqué très positivement des albums de « petits éditeurs » comme Mystery de chez Makaka éditions, Sticky Pants de chez Monsieur Pop corn, Astrid Bromure de chez Rue de Sèvres ou encore Le roi des Ribauds de chez Akileos, pour ne citer qu’eux.

      Donc, non par de partis pris. De toute façon, on n’y gagne rien 🙂

      J’espère que vous continuerez à lire http://www.unecaseenplus.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.