Alvin #2, la critique

Alvin #2 - La bal des monstres - Régis Hautière - Renaud Dillies - DargaudLe bal des monstres conclut le diptyque intitulé Alvin de Régis Hautière et Renaud Dillies.

Après avoir traversé les États-Unis dans la bonne humeur, Gaston, Alvin et « le Bizarre » atteignent le Bayou. Leur objectif est de trouver la famille du petit orphelin dans cette bonne ville du sud pétrie de préjugés… 

Avec Le bal des monstres, Régis Hautière conclut de très belle manière le dyptique consacré à Alvin, le jeune orphelin un brin forte tête, recueilli par Gaston, l’ours bourru travaillant sur les chantiers. Il raconte les déboires de deux êtres que tout oppose dans un récit toujours aussi émouvant et très poétique. Au fur et à mesure de leur roadtrip, Gaston et Alvin vont apprendre à se découvrir, l’un fêlant son armure, l’autre devenant moins sauvage, et une formidable amitié va naître au gré de leurs aventures.
Légèrement moins insouciant que le premier tome, Le bal des monstres est aussi l’occasion pour Régis Hautière de pointer certains problèmes sociétaux comme le racisme, le fanatisme religieux, la solitude ou encore l’alcoolisme… Et l’ensemble est magnifiquement servis par des dialogues savoureux tel que « J’ai mal aux pieds. – Marche sur les mains. »

Alvin #2 - La bal des monstres - Régis Hautière - Renaud Dillies - Dargaud

Graphiquement, les dessins de Renaud Dillies sont simplement magnifiques. Il apporte beaucoup de douceur, de magie et de légèreté à ce récit plus dur qu’il ne laisse paraître. 

Le bal des monstres, suite et fin du d’optique consacré à Alvin, est un très beau récit qui touche le lecteur aussi bien grâce aux textes justes et drôles qu’aux dessins sensibles et doux.

Alvin #2
Le bal des monstres

Régis Hautière – Renaud Dillies
Dargaud
Parution : 22 janvier 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.