Batman The Dark Prince Charming #1, la critique

Très attendu, d’autant plus que la communication autour de ce titre était forte depuis juin dernier, Enrico Marini dévoile enfin son Batman, The Dark Prince Charming, dont l’histoire est prévue en 2 tomes.

Quel lien secret Batman et le Joker partagent-ils avec une jeune fille mystérieuse ? Kidnappée par le Joker, le Chevalier noir doit plonger dans les profondeurs de Gotham City et s’engager dans une course personnel !

Grand fan de comics et du chevalier noir en particulier, Enrico Marin rêvait de réaliser son Batman depuis longtemps, et c’est aujourd’hui chose faite avec la parution de The Dark Prince Charming. L’auteur a eu la liberté de proposer sa version du chevalier noir. Et en grand connaisseur de cet univers, le scénariste a soigné son récit au cours duquel Bruce Wayne / Batman va une nouvelle fois être confronté au Joker et à sa folie destructrice. Sans trop en dévoiler, le Joker ne sera pas le seul défi auquel le héros va devoir faire face. S’il est bien ficelé et cohérent avec l’univers du personnage, le scénario n’est pas particulièrement très orignal. Mais peu importe ! au cours d’un récit bien construit, Enrico Marini pose les bases de son aventure qui progresse finalement assez lentement. Il laisse monter la tension tout au long du récit et commence à lever des bribes du mystère en fin d’album… laissant un léger goût d’inachevé et une irrésistible envie et découvrir la suite. Néanmoins, Enrico Marini fait plaisir aux lecteurs avec des scènes spectaculaires et en exploitant avec une certaine malice les codes de la série, en n’omettant pas, par exemple, les disparitions du Batman alors qu’il est en pleine discussion avec le commissaire Gordon. 

Batman, The Dark Prince Charming, Dargaud, Marini, Chronique BD
Batman, The Dark Prince Charming, Dargaud, Marini, Chronique BD
Batman, The Dark Prince Charming, Dargaud, Marini, Chronique BD
Batman, The Dark Prince Charming, Dargaud, Marini, Chronique BD
Batman, The Dark Prince Charming, Dargaud, Marini, Chronique BD
Batman, The Dark Prince Charming, Dargaud, Marini, Chronique BD

Graphiquement, le talent de Marini n’est plus à prouver et pourtant une nouvelle fois il parvient à épater et émerveiller le lecteur. Le dessinateur subjugue littéralement par la beauté de ses dessins, son découpage efficace et rythmé et une incroyable mise en couleur pour un rendu très réaliste. Le Batman est plus sombre que jamais et la démesure du Joker est superbement mise en images. Le lecteur en prend plein les yeux.

Le premier tome du Batman version Marini marque, avant tou,t les esprits par ses incroyables qualités graphiques. Sans être révolutionnaire, le scénario est bien ficelé et monte en puissance. Vivement la suite et fin du Dark Prince Charming prévue pour le printemps 2018 !

 

Batman The Dark Prince Charming #1
72 pages
Enrico Marini
Dargaud
Parution : 3 novembre 2017

2 réactions sur “ Batman The Dark Prince Charming #1, la critique ”

  1. Ping Batman The Dark Prince Charming #2, la critique | une Case en plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.