Bécassine, les historiettes #1, la critique‏

Bécassine, les historiettes #1 - Gautier LanguereauÀ l’occasion des 110 ans de Bécassine, dont la première planche en couleur est parue dans La Semaine de Suzette, les éditions Gautier Languereau publient, pour la première fois en album, les planches parues entre 1905 et 1908.

Créé par Joseph Porphyre Pinchon, Bécassine est un personnage de bande dessinée apparu en 1905. Sa première apparition se fait dans le premier numéro de La Semaine de Suzette, magazine pour fillettes, le 2 février 1905. La première histoire relate une bévue commise par la bonne bretonne de l’auteur qui a donc pour nom Bécassine. Ce nom de Bécassine est choisi par élimination pour faire référence à cette bévue : Bêtise, Bécasse puis Bécassine qui désigne une jeune fille ronde et naïve.
Méconnues, ces historiettes initialement publiées dans La semaine de Suzette brossent le portrait d’une Bécassine aux qualités déjà bien trempées : inventivité, générosité et énergie sans faille !

Éditer les premières planches de Bécassine est une idée excellente et c’est avec un grand plaisir que l’on (re)découvre les premières planches couleurs de ce personnage emblématique symbole de la Bretagne. Au travers de ces historiettes d’une planche, Bécassine se montre certes niaise mais tout de même très attachante. Elle est employée comme domestique, et interprète systématiquement les consignes qui lui sont demandées dans le mauvais sens.. créant de fait des situations comiques efficaces. Au fur et à mesure des pages, les situations caucasses s’enchaînent avec quelques répétitions, mais la simplicité et l’efficacité des gags écrit par Jacqueline Rivière font mouche.

Bécassine, les historiettes #1 - Gautier Languereau
© 2015, Gautier-Languereau / Hachette Livre

Graphiquement, le dessin de Joseph Porphyre Pinchon est intéressant d’autant que l’on voit l’évolution de son trait de 1905 à 1908. Le dessinateur propose une mise en page simple et efficace. Seule les décors sont moins travaillés, mais dans l’unique objectif de mieux mettre en valeur son héroïne. Rien à vraiment reprocher sur le travail de dessinateur.

En revanche, il n’en est pas de même sur le travail des éditions Gautier – Languereau qui publient ce premier tome des historiettes de Bécassine. Extérieurement, l’album est très qualitatif, mais ce n’est pas le cas du travail réalisé à l’intérieur. S’il est agréable de découvrir les planches de Bécassine comme à leurs parutions en 1905/1908, certaines planches auraient mérités un petit travail de nettoyage afin de retirer certaines traces de l’époque pouvant gêner la lecture. Mais, le plus gênant est la travail de maquette qui voit des dessins et des textes couper par la reliure de l’album rendant la lecture des plusieurs pages impossible. Pour (re)découvrir cette formidable héroïne de BD, c’est un vrai problème.

Ce premier tome des historiettes de Bécassine reste malgré tout un bel ouvrage qui permet de retrouver ce personnage, au caractère trempé, emblématique d’une époque. Belle idée que l’on souhaite se voir poursuivre avec un meilleur travail sur la réalisation de l’ouvrage.

 

Bécassine, les historiettes #1
Joseph Porphyre Pinchon – Jacqueline Riviere
Gautier – Languereau
Parution : 25 mars 2015

3 réactions sur “ Bécassine, les historiettes #1, la critique‏ ”

  1. man57 Réponse

    Effectivement, j’ai été heureux de retrouver Bécassine dans des histoires inédites (même si l’histoire de Bécassine alpiniste est développée dans l’album du même nom). Je déplore également les défauts déjà signalés plus haut. Je trouve qu’il s’agit là d’un manque de respect pour le lecteur. Que dire alors du tome 1 qui ne comporte pas de table des matières alors que le tome 2 en comprend une et de l’histoire de Bécassine au Louvre qui se retrouve dans les 2 albums et non dans un seul comme la logique l’aurait voulu?

    Je suis donc un peu déçu par la sortie de ces 2 albums dont j’attendais mieux; même si certaines bévues de notre héroïne restent irrésistibles.

    man57

  2. Plazanet Réponse

    L’album est très beau sauf effectivement les doubles pages, mais il manque apparemment 1 page pour Bécassine au salon de peinture et 1 page à Bécassine alpiniste. L’aviez vous remarqué ?

    Cordialement

    • une Case en plus Auteur ArticleRéponse

      Bonjour Alain,

      C’est en effet le cas. Ces deux historiettes ne sont malheureusement pas complètes.
      Ce qui est vraiment dommage.

      une Case en plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.