Chronosquad #1, la critique

Chronosquad 1, Lune de miel à l'âge de bronze, Delcourt, Panaccione, AlbertiniAprès Un océan d’amour, Grégory Panaccione se lance avec Giorgio Albertini au scénario dans une nouvelle aventure mêlant science-fiction, polar, conte initiatique et roman sentimental décalé.

Bloch Telonius vient de recevoir l’appel de sa vie : il va enfin intégrer la mythique Chronosquad pour une mission en Égypte antique. Une première en­quête qui parait banale : une fugue d’adolescents d’un centre de vacances. Les Chronosquad sont les agents régulateurs des voyages temporels et des couacs qui peuvent en découler. La pratique s’est en effet popularisée. Pour 10 999 € à peine, vous pouvez désormais partir 30 jours en Egypte antique en formule tout inclus. Vous pouvez également vous rendre à New York en 1755, à Rome en 44 avant J-C ou à la Préhistoire. Pour l’heure, Bloch Telonius compte sur ses nouveaux coéquipiers expérimentés, Penne et Beylogu, pour résoudre rapidement cette affaire. Mais ce qui se pré­sentait comme une balade temporelle de santé, se transforme, pour Bloch, en voyage initiatique…

Au scénario, Giorgio Albertini, archéologue spécialisé en histoire médiévale, signe avec Chronosquad son premier scénario de bande dessinée dont l’idée est absolument originale pour ne pas dire géniale. Dans un futur très proche, l’activité touristique a trouvé un nouvel axe de développement basé sur le voyage dans le temps, le chronotourisme. Les voyages dans le passé sont devenus des destinations touristiques très tendances qui permettent au grand public de voyager dans le temps à la condition de respecter des zones touristiques restreintes. La chronosquad, sorte de police temporelle, a été créée pour veiller au respect des règles. Le récit de Giorgio Albertini est une vraie réussite. Il mêle habilement aventure, enquête policière et beaucoup d’humour, même si celui-ci tend souvent vers le potache. Le lecteur est immédiatement captivé par cette enquête qui emmène l’équipe chronosquad à travers le temps, sans se soucier des paradoxes temporels, à la recherche de deux adolescents portés disparus.

Chronosquad 1, Lune de miel à l’âge de bronze, Delcourt, Panaccione, Albertini
Chronosquad 1, Lune de miel à l’âge de bronze, Delcourt, Panaccione, Albertini
Chronosquad 1, Lune de miel à l’âge de bronze, Delcourt, Panaccione, Albertini
Chronosquad 1, Lune de miel à l’âge de bronze, Delcourt, Panaccione, Albertini
Chronosquad 1, Lune de miel à l’âge de bronze, Delcourt, Panaccione, Albertini

Au-delà de la couverture de ce premier tome, qui est loin d’être une réussite, les dessins de Grégory Panaccione sur Chronosquad sont magnifiques. On retrouve sa patte unique et redoutablement efficace. Les mises en scène avec dialogues accompagnent les scènes muettes où le travail de Grégory Panaccione prend toute son ampleur. L’ensemble est très expressif, précis et bien évidemment drôle.

Chronosquad est une vraie réussite qui embarque le lecteur dans un récit immersif où le chronotourisme est le nouvel eldorado touristique. Vivement la suite de ce voyage temporel.

 

Chronosquad #1
Lune de miel à l’âge de bronze
234 pages
Grégory Panaccione – Giorgio Albertini
Delcourt
Parution : 5 octobre 2016

1 réaction sur “ Chronosquad #1, la critique ”

  1. Ping Chronosquad #4, la critique | une Case en plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.