Colonisation #1, la critique

Colonisation #1, les naufragés de l'espace, Filippi, Cucca, GlénatDenis-Pierre Filipi et Vincenzo Cucca signent Les naufragés de l’espace, le premier tome de Colonisation, un space opera qui explore aussi bien les recoins obscurs de l’univers que ceux de l’âme humaine.

Le futur. Pour faire face à une surpopulation devenue ingérable, l’humanité envoie une multitude de vaisseaux spatiaux à travers la galaxie. À leurs bords, des équipages de colons ayant pour but de permettre à l’homme de survivre, ailleurs. Quelque temps après le lancement de cet exode, une civilisation extraterrestre se manifeste : les Atils. Pacifistes et bienveillants, ils partagent avec les humains leur technologie de déplacement bien plus avancée et leur permettent de s’implanter avec eux sur une quantité d’autres mondes. Beaucoup des premières nefs demeurent introuvables, perdues dans l’immensité de l’espace. Le temps passant, la cohabitation avec les Atils s’avère ne pas être du goût de tous. Certains représentants des deux peuples finissent par se rassembler, allant jusqu’à essayer de capturer les nefs des premiers colons échouées dans l’univers pour vendre leur contenu à prix d’or sur le marché noir. On les appelle les Écumeurs.
C’est pour retrouver les nefs des premiers colons et s’opposer à ces extrémistes d’un nouveau genre que l’Agence forme ses unités d’élite dans laquelle Milla Aygon s’est engagée. Mais lorsqu’elle et son équipe secourent l’officier Clarence Sternis, colon de première génération, aucun d’entre eux n’imagine que leur mission pourrait bien faire basculer le destin de deux civilisations…

Voici une nouvelle série qui démarre sur de bonnes bases. En effet, Denis-Pierre Filipi signe un scénario original et captivant dans lequel nous suivons de jeunes cadets en passe d’intégrer les unités d’élite à la recherche des premiers colons. Bien entendu, comme toute nouvelle série qui débute, ce premier tome est assez dense, voir complexe (comme le laisse entendre le long résumé de l’histoire fourni par l’éditeur), et contient son lot d’explications, nécessaires, et de longs dialogues.  Pourtant le tout s’enchaine aisément et avec beaucoup de fluidité. Le récit contient beaucoup d’actions, l’équipage des jeunes cadets est très attachants, bref tous les éléments sont réunis pour faire de Colonisation une très belle série au long cours. Les naufragés de l’espace est un album intéressant et laisse entrevoir un potentiel très prometteur.

Colonisation #1, les naufragés de l’espace, Filippi, Cucca, Glénat
Colonisation, Les naufragés de l’espace, filipi, Cucca, Glénat
Colonisation, Les naufragés de l’espace, filipi, Cucca, Glénat
Colonisation, Les naufragés de l’espace, filipi, Cucca, Glénat
Colonisation, Les naufragés de l’espace, filipi, Cucca, Glénat
Colonisation, Les naufragés de l’espace, filipi, Cucca, Glénat
Colonisation, Les naufragés de l’espace, filipi, Cucca, Glénat
Colonisation, Les naufragés de l’espace, filipi, Cucca, Glénat
Colonisation, Les naufragés de l’espace, filipi, Cucca, Glénat
Colonisation, Les naufragés de l’espace, filipi, Cucca, Glénat
Colonisation, Les naufragés de l’espace, filipi, Cucca, Glénat

Graphiquement, le résultat est très réussi. Le dessinateur Vincenzo Cucca a su créer et développer un univers riche et détaillé dans lequel on s’immerge facilement. Les décors sont assez impressionnants, les vaisseaux et les personnages fouillés.

Les naufragés de l’espace marque les débuts prometteurs d’une nouvelle série de science-fiction originale par son scénario et efficace graphiquement, ce qui fait de Colonisation une bande dessinée très attractive !

 

Colonisation #1
Les naufragés de l’espace
48 pages
Denis-Pierre Filippi – Vincenzo Cucca
Glénat
Parution : 10 janvier 2018

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *