Corto Maltese #13, la critique

Corto Maltese - sous le soleil de minuit - CastermanAprès plus de 20 d’absence, il revient. Corto Maltese est retour sous les pinceaux de Juan Diaz Canales et Rubén Pellejero qui  ressuscitent le mythe aux éditions Casterman.

  1. Corto Maltese est à San Francisco quand il reçoit une lettre de son vieil ami Jack London. Ce dernier, se sentant mourir, lui confie une dernière volonté : retrouver une femme, son amour de jeunesse, pour lui porter une lettre d’adieu. L’écrivain promet un incroyable trésor en échange de ce service, qui va entraîner Corto dans le grand nord du continent américain.

Voici donc une nouvelle reprise. Et pas des moindres car les éditions Casterman ont décidé, avec l’accord de l’ayant droit, de publier un nouvel album de Corto Maltese intitulé Sous le soleil de minuit. Cette tâche difficile, si l’on tient compte de la notoriété du personnage et celle de son créateur Hugo Pratt, a été confiée à Juan Diaz Canales, notamment connu comme scénariste de Blacksad, et au dessinateur Rubén Pellejero.

Coté scénario, Juan Diaz Canales propose un récit assez convaincant qui reprend tous les ingrédients majeurs qui ont fait le succès de la série : de l’aventure, de vastes étendues, des décors sauvages, une fidélité et amitié forte et des bagarres verbales et physiques. Toutefois, si tous les ingrédients sont présents, il faut bien avouer que le récit reste assez compliqué, parfois difficile à suivre, en raison de la présence d’un grand nombre de personnages… De plus, le scénariste a choisi d’introduire de nombreux clins d’oeil aux précédents albums, ce qui renforce ce sentiment…

Corto Maltese - sous le soleil de minuit - CastermanGraphiquement, il faut avouer que c’est vraiment très joli. Rubén Pellejero fait merveille et redonne vie à Corto Maltese de superbe manière en respectant le trait du créateur Hugo Pratt. Des traits reconnaissables, des personnages et des postures soignées sans oublier les fameuses onomatopées « crack » pour retranscrire le bruit des fusils. Si cette reprise est une réussite, c’est avant tout grâce aux dessins du dessinateur qui retranscrit parfaitement cette ambiance si particulière présente dans les albums de Corto Maltese. Le bémol pourrait venir des couleurs qui sont assez fades, même s’ils elles apportent une (r)évolution dans la série habituellement traitée en noir et blanc.

Sous le soleil de minuit offre une belle résurrection à Corto Maltese grâce aux talents des nouveaux auteurs, Juan Diaz Canales et Rubén Pellejero. Les anciens lecteurs pourront être surpris, mais il est fort à parier que les nouveaux lecteurs y trouveront leur compte et y verront la possibilité de découvrir précédents albums.

 

Corto Maltese #13
Sous le soleil de minuit
Juan Diaz Canales – Ruben Pellejero
Casterman
Parution : 30 septembre 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.