Donald’s Happiest Adventures, la critique

Donald's happiest adventures, Lewis Trondheim, Nicolas Kéramidas, GlenatAprès l’excellent Mickey’s Craziest Adventures, Lewis Trondheim et Nicolas Keramidas se penchent sur Donald et le plongent, avec Donald’s Happiest Adventures, dans une quête initiatique à la recherche du bonheur.

Un matin comme les autres : Donald se lève de la patte gauche et reçoit un appel de Picsou. Après leurs aventures aux quatre coins du monde avec Mickey, son oncle a besoin de lui pour une nouvelle chasse au trésor. Mais Donald se rend compte que, peu importe l’étendue des richesses qu’il lui envoie chercher, son oncle ne sera jamais satisfait. Picsou a beau être un vieux canard pingre et acariâtre, il veut la même chose que tout le monde : le bonheur. Aussi décide-t-il d’envoyer son neveu à la recherche de cet inestimable trésor ! Mais pour le colérique et malchanceux Donald, trouver le secret du bonheur semble mission impossible…

A l’instar de Mickey’s Craziest Adventures, Lewis Trondheim a imaginé Donald’s Happiest Adventures sur un principe similaire d’épisodes retrouvés au fin fond d’une brocante. Sauf que cette fois-ci, la chance a souri aux auteurs puisqu’ils ont pu retrouver l’histoire complète… De fait, ce récit est plus classique dans sa construction que l’album réalisé autour de Mickey, tout en conversant le principe d’un épisode gag par planche pour s’affranchir de longues explications par le biais d’ellipses. Cette idée dynamise le récit sans que le lecteur soit pour autant déboussolée d’une planche à l’autre. Lewis Trondheim livre un récit à la fois inventif, original et philosophique. En effet, ici, il n’est point question d’une nouvelle chasse au trésor qui permettrait à l’oncle Picsou d’accroître son immense fortune. Non, il cherche le secret du bonheur et missionne Donald pour lui rapporter… autant dire que l’aventure est forcément rocambolesque, d’autant que Donald croise les membres de sa famille, de Gontran Bonheur à grand-mère Donald en passant pas le professeur Donald Dingue, qui n’hésite pas à le guider tant bien que mal dans sa quête. Donald’s Happiest Adventures est un album réjouissant où se mêle habilement une folle aventure et un humour subtil.

Donald’s happiest adventures, Lewis Trondheim, Nicolas Kéramidas, Glenat
Donald’s happiest adventures, Lewis Trondheim, Nicolas Kéramidas, Glenat
Donald’s happiest adventures, Lewis Trondheim, Nicolas Kéramidas, Glenat
Donald’s happiest adventures, Lewis Trondheim, Nicolas Kéramidas, Glenat
Donald’s happiest adventures, Lewis Trondheim, Nicolas Kéramidas, Glenat
Donald’s happiest adventures, Lewis Trondheim, Nicolas Kéramidas, Glenat
Donald’s happiest adventures, Lewis Trondheim, Nicolas Kéramidas, Glenat
Donald’s happiest adventures, Lewis Trondheim, Nicolas Kéramidas, Glenat
Donald’s happiest adventures, Lewis Trondheim, Nicolas Kéramidas, Glenat
Donald’s happiest adventures, Lewis Trondheim, Nicolas Kéramidas, Glenat
2432_P9
Donald’s happiest adventures, Lewis Trondheim, Nicolas Kéramidas, Glenat

Le dessin de Nicolas Kéramidas est toujours aussi séduisant et jouissif. Le traitement graphique est identique à Mickey’s Craziest Adventures si bien que les pages ont été vieillies, jaunies et tachées pour symboliser les outrages du temps. Au-delà de la forme, Nicolas Kéramidas propose un Donald dynamique épatant que l’on suit avec énormément de plaisir !

Après Mickey, c’est donc au tour de Donald de vivre une aventure complétement loufoque dans les mains de Lewis Trondheim et Nicolas Kéramidas qui pour l’occasion ne l’embarquent pas dans une course au trésor mais à la recherche du bonheur. On vous laisse soigneusement découvrir si Donald met la main sur ce fameux bonheur… car il serait vraiment dommage de passer à côté de ce formidable Donald’s Happiest Adventures.

 

 

Donald’s Happiest Adventures
A la recherche du bonheur
48 pages
Lewis Trondheim – Nicolas Kéramidas
Glénat
Parution : 23 mai 2018

2 réactions sur “ Donald’s Happiest Adventures, la critique ”

  1. Ping Horrifikland, la critique | une Case en plus

  2. Ping Mickey à travers les siècles, la critique | une Case en plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.