Donjon Antipodes #-10 000, la critique

Après 37 albums, 1,5 millions d’albums vendus et une petite pause de 6 ans, Donjon est de retour. 5 albums sont prévus en 2020. Outre le septième tome de Donjon Zénith, Lewis Trondheim et Joan Sfar signent Donjon Antipodes, une nouvelle série dans le déjà très riche univers de Donjon, dont L’armée du crâne est le premier tome.

Les guerres continuelles qui voient s’affronter Elfes et Orques ne laissent que peu de survivants. Seul sur le champ de bataille, un chien orque pleure la disparition de son maître. Mais le temps du recueillement est de courte durée. Il croise un animal destiné à être un ennemi : un chien d’Elfe bien éduqué et à la langue bien pendue. Pour survivre dans ces contrées sauvages, ils vont devoir faire équipe.

Donjon Antipodes est la toute nouvelle série issue de l’imagination de Lewis Trondheim et Joan Sfar qui vient compléter l’univers de Donjon en aval de toutes les autres séries déjà parues. Aux antipodes, cette nouvelle série l’est tout d’abord par sa numérotation, -10 000, mais aussi par un scénario héroic fantasy assez classique qui met en scène un duo de chiens plutôt inattendu, dont les maîtres respectifs, un ogre et un efle, viennent de périr sur le champs de bataille. Avec ce premier tome, les scénaristes déstabilisent le lecteur surpris de ne pas retrouver ses repères habituels. Sans doute est-ce l’objectif pour mieux surprendre le lecteur et dévoiler au fur et à mesure les bases de l’univers Donjon. Le récit de Lewis Trondheim et Joan Sfar n’en reste pas moins efficace et très agréable à lire avec beaucoup d’humour.  Les deux héros canins, que tout oppose, sont attachants et progressent tout au long de l’aventure, en gagnant la parole et devenant bipède, pour se rapprocher du standard des autres héros de Donjon.

Les scénaristes ont fait appel au talentueux Grégory Panaccionne (Un Océan d’amour, Match, Chronosquad, …) pour mettre en images cette épopée canine. Le résultat est réussi. Son trait dynamique, vif et expressif apporte beaucoup d’énergie au récit. 

Lewis Trondheim et Joan Sfar signent un nouvel ovni dans la galaxie Donjon. Si L’armée des crânes est plutôt déstabilisant et déroutant de prime abord, ce premier tome est efficace et agréable à lire ! Et ne doutons pas que les auteurs sauront connecter cette nouvelle série à l’ensemble du Donjon.

Donjon Antipodes #-10000
L’armée des crânes

48 pages
Lewis Trondheim – Joan Sfar – Grégory Panaccione
Delcourt
Parution : 8 janvier 2020

1 réaction sur “ Donjon Antipodes #-10 000, la critique ”

  1. Ping Donjon Zénith #7, la critique | une Case en plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.