Evil Empire #2, la critique

Evil Empire, La désunion fait la force, Glénat, Bemix, GettyÀ travers les yeux d’une rappeuse underground en proie à un saut de conscience, Max Bemis explore les dérives de la politique pour nous conter l’évolution d’une société sombrant peu à peu dans un empire du mal.

L’opinion publique américaine est sens dessus dessous. Des suites d’un simple événement, le pays se retrouve déchiré dans un débat sur le sens du bien et du mal, et Reese Greenwood ne compte pas se taire face à ce peuple qui soutient les idées d’un homme fou. Mais jusqu’à quel point les gens sont-ils capables de prendre position pour ce qu’ils croient ?

Avec La désunion fait la force, Max Bemis poursuit son récit d’anticipation qui voit la société américaine basculer dans la violence. Seule la loi du plus fort fait foi. Le nouveau président laisse à chaque individu une liberté totale, ce qui entraine beaucoup de dérives, de violence et d’immoralité. Après un premier tome qui avait fortement marqué les esprits par son originalité, ce second tome marque malheureusement le pas. Le lecteur n’est pas dans l’action mais dans les conséquences du choix du président. La désunion fait la force ressemble avant tout à un album de transition où le lecteur voit la violence monter et gagner tous les individus, ou presque. En revanche, le final est très réussi et donne immanquablement envie de lire la suite…

Evil Empire, La désunion fait la force, Glénat, Bemix, Getty
Evil Empire, La désunion fait la force, Glénat, Bemix, Getty
Evil Empire, La désunion fait la force, Glénat, Bemix, Getty
Evil Empire, La désunion fait la force, Glénat, Bemix, Getty

Graphiquement, le sentiment est le même qu’avec le premier tome. Le résultat est peu décevant. Ransom Getti apporte beaucoup de précisions, de détails et d’émotions dans ses dessins, alors que les dessins Andréa Mutti sont moins précis et moins expressifs. il manque une certaine homogénéité et cohérence entre les deux dessinateurs.

Si le récit est toujours bien construit, La désunion fait la force, tome deux de la série Evil Empire, déçoit malheureusement. L’effet de surprise du premier tome est tombé, le récit piétine un peu et laisse place à la violence. Conclusion de cette histoire avec le tome 3 qui devrait clôturer en beauté la série.

Evil Empire #2
La désunion fait la force
Max Bemis – Ransom Getty – Andréa Mutti
Glénat
Parution : 6 juillet 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.