Freak Island #1, la critique

Freak Island #1- Masaya Hokazono - DelcourtLes éditions Delcourt publient le premier tome de Freak Island de Masaya Hokazono, un récit où règnent violence et horreur.

Takuku est un adolescent qui s’échappe avec ses amis pour un petit tour en bateau. Seulement, l’île qu’ils ont repéré n’apparaît sur aucune carte, et apparemment elle est habitée… et pas par des gens fréquentables.

Une fois n’est pas coutume, parlons manga. Freak Island m’a tout de suite interpellé par la couverture de l’album, mettant en avant une monstrueuse tête de cochon, vraiment très originale. À partir d’un scénario en apparence simple – six étudiants atterrissent sur une île déserte où des hommes s’adonnent au cannibalisme – Masaya Hokazono signe un récit à la fois sombre et très violent. Dès les premières pages le ton est donné avec de la violence, du gore et du macabre, du terrifiant, bref Masaya Hokazono ne s’interdit rien… Et la violence s’accroît, augmente tout au long du récit. Dans ce premier tome, l’auteur pose les bases de son histoire mais s’intéresse davantage au scène de violences qu’à donner des explications sur la situation.

Freak Island #1 - Masaya Hokazono - Delcourt
Graphiquement, les dessins de Masaya Hokazono sont agréables. Il plonge le lecteur dans l’irrémédiable horreur de cette île perdue, et il montre et dessine tout. Les décors sont détaillés et les personnages expressifs.

Freak Island s’adresse sans conteste à un public très averti et ne plaira pas à tout le monde. On ressort de cette lecture perturbé et le ventre retourné. Un récit sombre et hard mais aussi rapidement lu…

 

Freak Island #1
Masaya Hokazono
Delcourt
Parution : août 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.