Frnck #2, la critique

Cinq mois après la parution du tome 1, Olivier Bocquet et Brice Cossu poursuivent leur récit fantastique avec la sortie du tome 2 de Frnck, Le baptême du feu, dans lequel un jeune garçon se retrouve propulsé en pleine préhistoire.

Après avoir réussi à se faire accepter par une tribu d’Homo sapiens, Franck décide d’apporter un peu de modernité dans la vie de sa famille d’adoption. Puisqu’il en a marre de manger de la viande crue, il tente de persuader Grrr (prononcez « Gérard »), le chef de la bande, de domestiquer le feu. Mais ses tentatives à base de bois secs et de silex frottés l’un contre l’autre font long feu et ne suscitent que moqueries et mépris de la part des hommes préhistoriques, assez rétifs aux progrès technologiques. Quand Franck arrive enfin à ses fins, c’est pour asphyxier la moitié de la tribu. Pour Gérard, c’en est trop ! Franck est chassé de la tribu, vu ses inventions loufoques et foireuses (le savon, la roue, le football…) et sa totale inutilité au sein du groupe. Il ne pourra revenir qu’à une condition : en prouvant ses qualités de chasseur ! Franck part donc sur la piste d’un gibier facile à attraper. Il tombe sur un petit lapin trop mignon qui devrait constituer une proie facile. Mais l’animal et ses compagnons vont se révéler des prédateurs redoutables pour le naïf gamin…

Après un premier tome franchement réussi qui installait les bases de cette nouvelle série, Olivier Bocquet aborde la vie quotidienne de son jeune héros à l’époque préhistorique. En effet quelques temps ont passé depuis l’arrivée de Franck et celui-ci s’est parfaitement acclimaté au sien de sa nouvelle tribu. Sauf que la modernité lui manque. Si bien qu’il est désormais décidé à faire bouger les choses en proposant de nouvelles trouvailles à sa tribu.  Et quoi de mieux que le feu pour enfin manger correctement… Ce nouveau tome, dans la lignée du précédent, est très drôle et joue avec les anachronismes et situations burlesques. Olivier Bocquet signe un récit dynamique et truffé de nombreux bons mots qui plairont tant aux jeunes qu’aux moins jeunes. Le seul regret que l’on peut pointer, c’est le choix de l’auteur d’avoir délaissé (momentanément ?) la recherche des raisons qui ont vu Franck débarqué à l’âge de pierre. De ce point de vue, la situation n’avance pas d’un pouce, et c’est bien dommage !

Franck, Le baptême du feu, Dupuis, Olovier Bocquet, Brice Cossu-couv-1200
Franck, Le baptême du feu, Dupuis, Olovier Bocquet, Brice Cossu
Franck, Le baptême du feu, Dupuis, Olovier Bocquet, Brice Cossu-page4-1200
Franck, Le baptême du feu, Dupuis, Olovier Bocquet, Brice Cossu-page5-1200
Franck, Le baptême du feu, Dupuis, Olovier Bocquet, Brice Cossu-page6-1200
Franck, Le baptême du feu, Dupuis, Olovier Bocquet, Brice Cossu-page7-1200
Franck, Le baptême du feu, Dupuis, Olovier Bocquet, Brice Cossu-page8-1200
Franck, Le baptême du feu, Dupuis, Olovier Bocquet, Brice Cossu-page9-1200

Graphiquement, Brice cossu livre un album très réussi. Son trait si particulier et très expressif, entre BD franco-belge et manga, apporte beaucoup de visibilité au récit. On a, comme beaucoup certainement, un petit coup de cœur pour ses lapins vraiment très mignons. Bref, tout est parfait !

Ce deuxième tome de Frnck est une aventure toujours aussi drôle. On pourra seulement un peu regretter que les auteurs délaissent la recherche des parents de Franck. Espérons que les prochains tomes, ils chercheront un peu plus à ramener le jeune garçon à la civilisation et vers ses parents.

 

Frnck #2
La baptême du feu
56 pages
Olivier Bocquet – Brice Cossu
Dupuis
Parution : 25 août 2017

1 réaction sur “ Frnck #2, la critique ”

  1. Ping Frnck #3, la critique | une Case en plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.