Gil Saint-André #11, la critique

Gil Saint AndréGil Saint André est de retour. Ballade Africaine, le tome 11 clôture le 3ème cycle de la série.

Récemment nommé à la tête de GRH par la riche héritière Diane de Rochard-Haumont, Gil se rend pour affaires dans la fragile république du Malaki Masso en Afrique. Là-bas, la multinationale est l’objet de toutes les convoitises. Que ce soient les cousins de Diane, un obscur homme d’affaire de Singapour ou même le gouvernement français, chacun veut en prendre le contrôle et ainsi posséder l’influence nécessaire pour profiter des extraordinaires réserves minières du pays.

Jean-Charles Krahen propose un album de Gil Saint-André bien ficelé. En effet, le scénario tient la route. Il est ancré dans la réalité géopolitique. L’action, le suspense, et les jolies filles font de cet album un bon divertissement. Il faut dire que l’auteur est un bon scénariste à qui l’on doit Les Aigles décapitées, Bout d’homme ou encore Tramp.

Auteur complet, Jean-Charles Kraehn est aussi le dessinateur de la série. Il l’a dessiné de fort belle manière dès l’origine, avant que Sylvain Vallée ne vienne lui prêter main fort du tome 3 jusqu’au tome 8 de la série, soit 6 albums.Gil Saint andré

Depuis le  début de ce 3ème cycle (tome 9), Jean-Charles Kraehn a repris à son compte, en plus du scénario, le dessin. Et malheureusement, cela ne fonctionne pas. On ne retrouve pas les beaux traits auxquels nous étions habitué. Certes les décors d’Afrique nous offrent un bon dépaysement, mais la qualité du dessin n’est pas au rendez-vous (notamment en ce qui concerne les visages des personnages) !

Cette série, à la base appréciée d’une Case en plus, déçoit (un peu) et c’est vraiment dommage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.