Gunfighter #1, la critique

Scénarisé par Christophe Bec et dessiné par Michel Rouge, les éditions Glénat proposent le premier tome de Gunfighter et embarquent le lecteur dans un pur western.

Toujours bon. Parfois brute. Jamais truand. Quelque part dans les plaines d’Arizona. Alors que les « longhorns », ces vaches américaines aux cornes interminables, ont besoin d’espace, l’arrivée des premiers barbelés, la « corde du diable » comme on l’appelait alors, ne fait qu’exacerber les conflits qui opposent deux familles de propriétaires terriens. C’est dans ce contexte et dans le souffle d’une tempête qu’une bande de ranchers découvre un homme inanimé, agrippé à son colt… Qui peut bien être ce mystérieux Gunfighter ?

L’expérimenté Christophe Bec, à qui l’on doit notamment Carthago ou encore Bikini Atoll, signe ici son tout premier western, et autant le dire sans tourner autour du pot, c’est une vraie réussite. Ce premier tome pose, bien évidemment, les bases d’une intrigue certes classique, tout en présentant les différents protagonistes, mais très vite la tension monte. Le lecteur est pris en tenailles entre deux familles de ranchers, d’un côté les Cotten et de l’autre les Wallace. Les premiers se battent pour faire vivre tant bien que mal leur ranch et les seconds, aux méthodes plus agressives, cherchent par tous les moyens à étendre leur propriété. Au milieu de ce conflit, le lecteur découvre Craig Bellamy dit Gunfighter, une fine gâchette, laissé pour mort par des fédéraux pour des raisons qui restent mystérieuses dans ce premier tome. Malgré cet aspect déjà-vu, le récit de Christophe Bec, à la fois fluide et très bien ficelé, est captivant de bout en bout. Il embarque le lecteur dans une histoire efficace et prenante dont les protagonistes, en particulier les seconds rôles, sont très attachants. A cela s’ajoutent quelques petites références au genre que les fans de Western apprécieront.

Gunfighter marque surtout le grand retour de Michel Rouge à son genre de prédilection. Le dessinateur, qui avait repris tour à tour le dessin de Comanche puis du Marshal Blueberry, propose de magnifiques et envoûtantes planches. Son dessin à la fois réaliste et classique est très léché et précis. Ses cases sont fouillées et détaillées et on se plonge avec délectation dans les merveilleux décors de l’ouest américain et ses grands espaces. Superbe !

A beaucoup d’égards, Gunfighter ressemble à beaucoup de westerns où s’affrontent deux familles de propriétaires terriens pour un lopin de terre. Et pourtant, ce premier tome est loin de laisser indifférent, tant par le scénario, très efficace, de Christophe Bec que par le dessin magnifique de Michel Rouge. En attendant la suite avec impatience !

Gunfighter #1
56 pages
Christophe Bec – Michel Rouge
Editions Glénat
Parution : 28 août 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.