Il faut flinguer Ramirez, prix Canal BD 2018

Désormais remis à Angoulême lors du Festival international de la BD, le prix Canal BD a été décerné, jeudi 24 janvier, à Nicolas Petrimaux pour le tome 1 d’Il faut flinguer Ramirez, paru chez Glénat en juin 2018.

Hommage réjouissant aux thrillers d’action des années 1980, Il faut flinguer Ramirez met en scène un employé modèle d’une entreprise d’électroménager, Jacques Ramirez, qui devient la cible d’un dangereux cartel mexicain.

Il faut flinguer Ramirez #1, Nicolas Pétrimaux, Glénat

Nicolas Petrimaux succède à Thimothé Le Boucher pour Ces jours qui disparaissent (toujours chez Glénat).

L’abum de Nicolas Pétrimaux a été distingué parmi une sélection de 12 titres établie par les libraires du groupement Canal BD, invités à choisir deux nouveautés une fois tous les deux mois.

Les autres nommés étaient :

  • Malaterre de Pierre Henry Gomont (Dargaud)
  • L’âge d’or de Cyril Pedrosa et Roxanne Moreil (Dupuis)
  • Charlotte impératrice, t.1 de Matthieu Bonhomme et Fabien Nury (Dargaud)
  • Moi ce que j’aime cest les monstres, t.1 d’Emil Ferris (Monsieur Toussaint Louverture)
  • Florida de Jean Dytar (Delcourt)
  • Aile froide Altitude 3954 de Jean-Marc Rochette et Olivier Bocquet (Casterman)
  • Ceux qui restent d’Alex Xoul et Joesp Busquet (Delcourt)
  • L’homme gribouillé de Frederik Peeters et Serge Lehman (Delcourt)
  • Cinq branches de coton noir de Steve Cuzor et Yves Sente (Dupuis)
  • Emma G. Wilford d’Edith et Zidrou (Soleil)
  • Dans la combi de Thomas Pesquet de Marion Montaigne (Dargaud).

L’album, qui s’est écoulé à 50 000 exemplaires selon GFK, a également été récompensé par les lycéens au FIBD, et il est toujours en course, parmi les 68 autres albums en lice, pour les Fauves d’Angoulême 2019.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.