Incursion, la critique

Le guerrier éternel de l’univers Valiant revient dans le one-shot Incursion, d’Andy Diggle et Doug Braithwaite, dans lequel sa protégée est victime d’une imperatrice d’un autre monde.

Tant de planètes ont succombé par la main de l’Imperatrix Virago, infectant inéluctablement leur faune et leur flore pour la maintenir en vie. Aujourd’hui, c’est vers la Terre qu’elle se tourne pour satisfaire son appétit. La géomancienne Tama, en tant que protectrice et avatar de la Terre, est la première victime de cette contagion. Son gardien, le Guerrier Éternel, part alors en mission dans le dangereux Monde des Morts, où voyage l’Imperatrix, pour trouver le remède à cette terrible infection, sauver Tama… et la planète tout entière avec elle.

Des héros malmenés dans une course contre la montre, voilà ce qu’offre Incursion, et le moins que l’on puisse dire, c’est que le récit est haletant, donc pari réussi de ce côté. Il vous faudra probablement un temps d’adaptation à la dark fantasy si vous n’en n’êtes pas coutumier. Le Mal est ici représenté par l’impératrix Virago, parasite extraterrestre sans pitié, décidée à se repaître de Tama la geomancienne, qui représente le Bien, et de la terre. C’est à partir de la rencontre avec autre personnage Valiant, Docteur Mirage, que nous avons le plus apprécié Incursion. Gilad le gardien arrête de subir les événements et exprime mieux son expérience, sa brutalité pour triompher des épreuves du monde des morts. Ce caractère implacable et inarrêtable apporte une nouvelle dimension appréciable au récit.

Le dessin de Doug Braithwaite sert bien le propos, la dark fantasy. Détaillé et soutenu par des couleurs sombres, il amène avec facilité une ambiance pesante, à peine troublée par quelques effets lumineux réservés à la magie. Bien que l’on puisse reprocher un manque de variété dans les expressions faciales des protagonistes, cela renforce leur singularité. Gilad est millénaire, il ne peut être que torturé ou plein de rage dans les combats. Docteur Mirage est réfléchie donc son visage sera fermé et pensif. Nous sommes en présence ici de clichés, d’archétypes assumés qui fonctionnent. La mise en scène manque parfois de clarté, de lisibilité dans l’action lors du passage d’une case à une autre, en revanche elle est bien dynamique et la violence des combats bien retranscrite.

Le scénario est simple, à raison, car le salut ne se trouve pas dans le tricot mais dans la boucherie. Les personnages débitent, tranchent, posent et prennent parfois le temps de grandes diatribes entre deux gerbes de sang et… ça respecte le genre. Incursion est un comic cohérent qui ne trahit pas. Vous l’apprécierez d’autant plus si vous baignez dans l’univers Valiant, cependant si vous aimez la dark fantasy et que vous ne cherchez pas du baudelaire, ne vous privez pas d’un one shot efficace.

Incursion
112 pages, série complète
Andy Diggle – Alex Paknadel – Doug Braithwaite
Bliss éditions
Parution: 24 janvier 2020

1 réaction sur “ Incursion, la critique ”

  1. Ping La reine oubliée, la critique | | une Case en plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.