Infinity #1 à 3, la critique

Infinity 8, Comics 1, Zep, Dominique Bertail, Lewis Trondheim, Rue de SèvresSérie concept lancée en fanfare lors du dernier festival international de la BD d’Angoulême, Infinity 8 est une série de science-fiction qui mettra en scène huit agents au cours de huit missions, huit reboot temporels, pour dévoiler la vérité et sauver l’Infinity composé de 8 257 races extraterrestres. La série rassemble autour de Lewis Trondheim plusieurs grands noms de la BD. En attendant la parution des albums en janvier 2017, les éditions Rue de Sèvres publient les 2 premiers albums sous forme de 6 comics.

L’agente Yoko Keren, plus préoccupée de trouver un géniteur idéal que de faire respecter l’ordre au sein de L’Infinity 8, est la première agente missionnée par le Capitaine. Le vaisseau vient d’ être arrêté sur son trajet par un amas mystérieux, à elle d’en découvrir la nature et l’origine. Mais à peine approche-t-elle de ce qui s’avère être un mausolée géant, qu’un groupe de Kornaliens, seule espèce nécrophage de l’Infinity, s’échappe du vaisseau et à tout contrôle. Ils assimilent, en même temps que les cadavres, les comportements, en l’occurrence criminels et violents, de ceux qu’ils dévorent… Il ne reste à la belle agente qu’un allié, Sagoss, le seul le nécrophage qui a englouti un romantique exalté… et qui se transforme du coup en amoureux fou mais ultra lourdingue. Arrivera-t-elle à éviter l’explosion du vaisseau jusqu’au reboot ? 

Infinity 8, Comics 1, Zep, Dominique Bertail, Lewis Trondheim, Rue de Sèvres
infinity_8_romance_et_macchabees_2_6
Infinity 8, Comics 3, Zep, Dominique Bertail, Lewis Trondheim, Rue de Sèvres

Les 3 premiers comics de Romances et Macchabées forment le premier album de la série Infinity 8 dans lequel Zep et Lewis Trondheim embarquent le lecteur dans un space opera déjanté et bourré d’actions. Cette première aventure de l’agent Yoko Keren pose les bases de cette nouvelle série qui verra une nouvelle agente mener une nouvelle mission à chaque album. Lewis Trondheim et Zep signent une aventure dynamique et très rythmée pleine de rebondissements. Le récit est mené tanbours battants et pourtant les personnages sont bien développés et possédent de vraies personnalités : l’agente Yoko Keren est une femme intrépide et décomplexée qui cherche avant toute chose un géniteur et Sagoss est un nécrophage qui n’hésite pas à (trop) exprimer ses sentiments. Bref, les auteurs s’amusent et amusent le lecteur, ils ne s’interdisent pas grand chose et vont jusqu’au bout de leurs délires avec un space opera délirant et original avec une bonne dose d’humour et de cynisme.

Infinity 8, Comics 1, Zep, Dominique Bertail, Lewis Trondheim, Rue de Sèvres

Graphiquement, c’est Dominique Bertail qui signe les dessins de cette première aventure dans un style réaliste qui permet au lecteur de mieux se plonger dans cet univers délirant où des êtres humains côtoient toutes sortes d’aliens. Si les dessins manquent parfois de précisions, dominique Bertail propose un découpage attractif et des doubles pages plutôt jolies.

Romances et Macchabées, publié sous la forme de 3 comics qui contistitueront le premier album de la série, marque le début de l’aventure Infinity 8. Très vite le lecteur se prend au jeu et attend la suite  pour découvrir toutes les ramifications nées dans la tête de Lewis Trondheim.

Infinity 8 #1 à 3
Romances et macchabbées
118 pages
Lewis Trondheim – Zep – Dominique Bertail
Rue de Sèvres
Parution : 5 et 26 octobre 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.