Infinity 8 #5, la critique

Infinity #5, La jour de l'apocalypse, Rue de SèvresInfinity 8 entame son 5ème reboot temporel, avec Le jour de l’apocalypse, en compagnie de Lorenzo de Felici, Lewis Trondheim et Davy Mourier et confronte la nouvelle agente en charge de l’enquête face à une garderie de petits zombies.

Tous aux abris : une horde de zombies décime les passagers de l’Infinity ! Non seulement leur morsure est contagieuse, mais l’arme expérimentale qui les a créés a touché la nécropole et l’a transformée en une inépuisable armée de morts vivants ! Ann Ninurta, élue du capitaine pour cette nouvelle boucle temporelle, échappera-t-elle au coup de dent fatal ? Modèle de droiture et jeune mère célibataire ne boudant pas les rencontres masculines, elle pourrait bien être la première agente à découvrir l’origine du cimetière… Choisira-t-elle sa fille ou sa mission ?

Avec Davy Mourier aux manettes du scénario, en complément de Lewis Trondheim, on pouvait s’attendre à une histoire encore un peu plus en dehors des sentiers battus. En ce sens, ce cinquième tome, Le jour de l’apocalypse, est une réussite. La nouvelle agente en charge de la mission est plutôt barré, doué en blagues lourdingues, et se démarque par son côté brute des précédentes agentes en charge de sauver l’Infinity 8 de cette foutue nécropole. Outre un timing une nouvelle fois limité à 8 heures pour mener à bien sa mission, l’agente Ann Ninurta va devoir affronter une colonie de zombies semant la terreur au sein de l’équipage. Brute de décoffrage, elle dézingue à tout va pour parvenir à ses fins aux risques d’être elle-même contaminée par les zombies. Davy Mourier insuffle beaucoup de rythme à cet épisode qui laisse entrevoir les prémices d’un début d’explication à la présence de cette nécropole.

Infinity #5, La jour de l’apocalypse, Rue de Sèvres
Infinity #5, La jour de l’apocalypse, Rue de Sèvres
Infinity #5, La jour de l’apocalypse, Rue de Sèvres
Infinity #5, La jour de l’apocalypse, Rue de Sèvres
infinity8t05-p05
Infinity #5, La jour de l’apocalypse, Rue de Sèvres

Graphiquement, ce cinquième opus semble le moins abouti. Pourtant Lorenzo de Felici, dans un style très nerveux, est à l’aise pour mettre en scène l’agente Ann Ninurta face à une armada de zombies. Les scènes d’action sont très lisibles et c’est toujours très amusant de croiser certains personnages vus dans les albums précédents.

Si ce cinquième opus de l’Infinity 8 est un brin en deçà des précédents, il permet aux lecteurs d’avoir les contours d’un début d’explication sur présence de la nécropole. Vivement que l’on en sache enfin plus !

 

Infitity 8 #5
Le jour de l’apocalypse
96 pages
Lewis Trondheim, Lorenzo De Felici, Davy Mourier
Rue de Sèvres
Parution : 13 septembre 2017

Retrouvez également la chronique du tome 4 d’Infinity 8, Guérilla symbollique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.