Katanga #1, la critique

Katanga #1, Diamants, Nury, Vallée, DargaudAprès s’être intéressé à Joseph Jaonovici dans Il était une fois en France, Sylvain Vallée et Fabien Nury s’associent une nouvelle fois et démarrent une nouvelle série, Katanga, dont Diamants est le premier tome.

En 1960, après quatre-vingts ans passés sous la domination coloniale belge, le Congo proclame son indépendance ; moins de deux semaines après, la riche province minière du Katanga fait sécession. Le Congo et le Katanga entrent immédiatement en guerre ; au cœur du conflit : la possession des territoires miniers. De nombreux massacres et exodes de civils s’ensuivent. L’ONU impose alors sa médiation et l’envoi de Casques bleus sur place… Dans le même temps, une horde d’ignobles mercenaires est recrutée pour aller libérer les exploitations minières occupées… Et un domestique noir, Charlie, tord le cou au destin en mettant la main sur un trésor inestimable : 30 millions de dollars de diamants… ce qui fait de lui le Noir le plus recherché du Katanga.

Une nouvelle fois, Fabien Nury s’inspire de faits réels pour développer son intrigue. Il se base, en effet, sur des éléments qui se sont déroulés au Congo Belge dans les années 60 pour apporter de la force et une certaine crédibilité à son récit. Le talent de Fabien Nury est d’ailleurs de savoir habilement mélanger la réalité et la fiction pour mieux interpeler et capter le lecteur. Sur fond de guerre civile, de lutte de pouvoir et de corruptions, une bande de mercenaires est missionnée pour remettre les mains, quelques soit les moyens utilisés, sur un pactole de diamants qui circule dans la nature… Compte tenu des enjeux et des barbouzes en charge de traquer le magot, il est fort à parier qu’il va y avoir du grabuge… et c’est bien le cas.
On pourrait pinailler un peu en indiquant que le scénariste prends son temps pour entrer dans le vif du sujet, mais il n’en reste pas moins que Diamants, premier tome de Katanga, est vraiment réussi et offre au lecteur une lecture explosive et (sur)vitaminé. Le récit est rythmé et parsemé de violence et de massacres, sans oublier des dialogues tranchés qui font mouches à chaque réplique.

Katanga #1, Diamants, Nury, Vallée, Dargaud
Katanga #1, Diamants, Nury, Vallée, Dargaud
2136_P2
Katanga #1, Diamants, Nury, Vallée, Dargaud
2136_P4
2136_P5
Katanga #1, Diamants, Nury, Vallée, Dargaud
2136_P7
Katanga #1, Diamants, Nury, Vallée, Dargaud
Katanga #1, Diamants, Nury, Vallée, Dargaud
Katanga #1, Diamants, Nury, Vallée, Dargaud
Katanga #1, Diamants, Nury, Vallée, Dargaud

Aux dessins Sylvain Vallée nous émerveille une nouvelle fois. Il faut dire que son trait semi-caricatural convient parfaitement à cette série qui met en scène une galerie de tronches pas possibles que sont ces barbouzes et autres gens malhonnêtes. Les décors ne sont pas en manque pour autant ; Sylvain Vallée plongeant le lecteur en plein cœur de cette Afrique dangereuse et corrompue. Il est également important de dire un mot du découpage, très efficace et dynamique, qui apporte un effet cinématographique à cet album.

Diamants, premier tome de Katanga, est une vraie réussite qui plante non seulement un décor sombre de cette Afrique corrompue mais propose une intrigue riche et explosive !

 

Katanga #1
Diamants
74 pages
Fabien Nury – Sylvain Vallée
Dargaud
Parution : 03 mars 2017

2 réactions sur “ Katanga #1, la critique ”

  1. Ping Katanga #2, la critique | une Case en plus

  2. Ping Katanga #2, la preview | une Case en plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.