La République du Catch, la critique

La République du Catch - Nicolas de Crécy - CastermanAvec La République du catch Nicolas De Crécy signe son retour BD chez Casterman.

Dans une ville aux airs de New York sur Loire, il nous campe un polar déjanté, dans lequel un marchand de piano mélancolique, bigleux et beaucoup trop petit donne du fil à retordre à sa famille mafieuse. Bébé maléfique, manchot pianiste, courses poursuite et combat de catch entre fantômes, l’imagination de Nicolas de Crécy ne connaît pas de limite.

Après avoir été pré-publié entre juillet 2014 et janvier 2015 au sein de la revue japonaise Ultra Jump, La République du catch est, chose assez rare, publiée en simultané au Japon par la Shueisha publishing et en France par les éditions Casterman. Nicolas De Crécy nous revient avec un récit dense, assez déjanté et totalement décalé mais pleins d’actions et de rebondissements totalement inattendus. L’auteur nous propose une guerre entre des mafieux italiens assistés d’une équipe de catcheurs et des fantômes absurdes…. Plutôt loufoque. Mais le talent de Nicolas De Crécy rend cette histoire poétique et assez émouvante… Le vrai problème avec La république du catch, c’est qu’il ne propose pas de vraie fin. Ce qui laisse supposer, si cet album rencontre le succès, qu’un deuxième tome viendrait prolonger (et terminer ?) cette aventure…

La République du Catch - Nicolas de Crécy - CastermanGraphiquement, on retrouve tout le talent de Nicolas De Crécy qui su créer un univers graphique qui lui est propre. Les dessins sont fins, précis et très détaillés. On regrettera seulement que l’album ne soit pas en couleurs tout comme l’est la version japonaise du même titre…

La République du catch est un album original plutôt réussi. Malheureusement, ce récit, annoncé comme un one-shot, ne possède pas de vraie fin, ce qui laisse le lecteur sur sa faim, goût amer en prime…… Dommage !

 

La République du catch 
Nicolas de Crécy
Casterman
Parution : 15 avril 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.