Largo Winch #22, la critique

Les voiles écarlates clôture le récit débuté avec L’étoile du matin dans lequel Largo Winch est confronté aux maitres occultes de la finance internationale.

Acculé, Largo se voit dépossédé de son entreprise. Les dix parts du groupe W sous forme de titres papier ont été volées pendant leur convoyage chez le notaire de Largo. En pleine tourmente financière, alors que la bourse a perdu puis regagné 1 000 milliards de dollars à cause d’une des filiales de trading à haute fréquence appartenant au jeune milliardaire, ce dernier doit faire face à de véritables tueurs en plus de la SEC et du FBI. Un complot qui va le conduire à Saint-Pétersbourg et à affronter de puissants oligarques russes ainsi qu’un inquiétant hedge fund.

L’étoile du matin, le premier tome de Largo Winch nouvelle génération, désormais scénarisé par Eric Giacometti, nous avait déjà très agréablement convaincu. Le scénariste, sous l’impulsion de Philippe Francq avait décidé de recentrer les aventures du milliardaire en blue jeans sur l’essence de la série, à savoir l’univers économique et financier. La suite est tout aussi réussie et Les Voiles écarlates conclut en beauté le premier dyptique du nouveau duo d’auteurs. Éric Giacometti signe un scénario sans temps morts qui laisse place à de nombreuses scènes d’actions et rebondissements. Les explications indispensables pour bien comprendre tous les arcanes économiques et financières sont très digestes et ne perdent absolument pas le lecteur. En sus, Eric Giacometti y va de sa petite pointe d’humour, ce qui n’est pas pour déplaire.

Aux dessins, c’est toujours un immense plaisir de retrouver Philippe Francq. Le dessinateur nous gratifie une nouvelle fois de superbes cases en alternant avec maestro les scènes d’actions, toujours très rythmées et dynamiques, et les moments plus calmes, qui ne perdent rien en expressivité. Le découpage et la mise en scène sont une nouvelle fois réussis, avec quelques cases très spectaculaires. Quel talent !

Après avoir terminé la lecture de ce premier dyptique signé Eric Giacometti et Philippe Francq, on peut désormais bien affirmer que Largo Winch est toujours bien là. Le milliardaire en blue jeans n’a rien perdu de son éclat et s’offre un retour aux sources spectaculaires.

Largo Winch #22
Les voiles écarlates

48 pages
Eric Giacometti – Philippe Francq
Dupuis
Parution : 15 novembre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.