Le corps à l’ombre, la critique

Le corps à l'ombre, David de Thuin, GlénatAprès La Proie, imposant ouvrage de 1000 pages, David De Thuin revient avec Le corps à l’ombre publié par les éditions Glénat.

Allongé sur la pelouse, les yeux dans le vague, Drazig semble se fondre dans l’ombre de sa maison. Son corps est ici, mais son esprit est ailleurs. Car pour lui, la vie ne sera plus jamais comme avant : sa mère vient de mourir. Même s’il peut compter sur le soutien indéfectible de ses deux amis d’enfance, Charles et Jean-Basilic, quelque chose s’est brisé en lui et, le jour de la rentrée au lycée, il a du mal à renouer avec la trivialité de ses camarades. Et puisqu’un malheur n’arrive jamais seul, la petite ville où il vit est frappée par une affaire de meurtre semblable à celle qu’elle connut 20 ans auparavant. Plusieurs jeunes filles ont été retrouvées atrocement mutilées et d’après les premiers éléments de l’enquête, il pourrait bien s’agir d’un serial killer…

Le corps à l’ombre est un formidable album. David de Thuin signe un récit intelligent à mi-chemin entre drame social et thriller. Le scénariste met en scène Drazig, un jeune étudiant qui a du mal à surmonter la mort de sa mère malgré le soutien de ses amis. David De Thuin montre comment Drazig perd ses repères et son insouciance tout en découvrant l’amour. Il peint les doutes de cet adolescent qui devient adulte par la force des choses sous les yeux du lecteur. Comme pour donner un nouveau but à sa vie, Drazig s’intéresse à une série de meurtre qui secoue la ville et va totalement s’investir et enquêter pour trouver le coupable. Le récrit de David De Thuin mêle intelligemment cette enquête policière aux doutes du jeune homme et le lecteur se laisse prendre par cette histoire qui le tient en haleine de À à Z.

Le corps à l’ombre, David de Thuin, Glénat
Le corps à l’ombre, David de Thuin, Glénat
Le corps à l’ombre, David de Thuin, Glénat
Le corps à l’ombre, David de Thuin, Glénat

Graphiquement on adore les dessins zoomorphiques de David De Thuin qui rappellent inexorablement ceux de Lewis Trondheim. Ils apportent beaucoup de contraste et de légèreté face à la situation. Par ailleurs, le découpage en chapitre rythme parfaitement ce surprenant récit.

Le Corps à l’ombre est un très bel album où drame, suspens et un léger humour décalé se mélangent pour créer une étonnante et captivante histoire.

 

Le corps à l’ombre
Davis Thuin
64 pages
Glénat
Parution : 27 avril 2016

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.