Le Divin, la critique

Le Divin - Dargaud - Boaz Lavie, Tomer et Asaf HanukaLes éditions Dargaud publient Le Divin, un récit développé par Boaz Lavie, Tomer et Asaf Hanuka, un trio d’artiste israéliens, à partir d’une véritable photo.

Mark est un jeune Américain sans histoires, bien que ce soit un spécialiste en explosifs sur le point d’être papa, il mène une vie tranquille avec sa jeune femme. En attendant de déménager pour raisons professionnelles, il accepte de mener à bien une mission secrète pour le compte du gouvernement, quelque part en Asie du Sud-Est. Un job de routine consistant à déminer un tunnel de lave et payé  45 000 dollars, qui sont les bienvenus en perspective de la naissance à venir. Mais sur place, rien ne va se passer comme prévu. Après avoir recueilli et amené dans son village un jeune garçon blessé par une mine, Mark est confronté à des événements extraordinaires qui vont bouleverser son existence…

A l’origine de cette BD, une photo montrant deux jumeaux de 12 ans, Johnny et Luther Htoo, auxquels la légende a prêté des facultés hors du commun. C’est à partir de cette photo assez impressionnante sur laquelle un des deux gamins, à peine sorti de l’enfance, donne l’impression d’avoir déjà vécu mille vies, que les auteurs ont imaginé et développé un récit, étonnant mélange entre récit d’action, d’aventure dérivant vers la science-fiction.

Le scénario de Boaz Lavie est très dur et assez dérangeant. En mettant en scène des enfants acteurs d’une guerre violente et sanglante, le lecteur ne sort pas tout à fait indemne. Et pourtant, malgré cette violence et quelques toutes petites longueurs en début d’album, on est happé, surpris de ne pas pouvoir lâcher l’album aussi facilement qu’on pourrait l’imaginer. Le récit de Boaz Lavie est percutant, brutal et explose cette image d’innocence des enfants pour les placer dans un univers cruel qui vire en fin d’album vers un univers SF tout aussi violent et déjanté.

Le Divin - Dargaud - Boaz Lavie, Tomer et Asaf Hanuka
Graphiquement aussi, Le Divin est tout aussi surprenant, par le traitement du dessin réalisé à quatre mains par les frères Tomer et Asaf Hanuka mais aussi le choix des couleurs vives, parfois très vives même, qui se trouvent en parfait décalage avec la violence du scénario. On pourrait reprocher un dessin légèrement « simpliste » mais il appuie le scénario tout comme le choix du découpage, fait de nombreuses pleines pages avec des aplats de couleurs, qui dynamisent et rythment cette histoire.

Le Divin est une BD à part dans l’univers de la bande dessinée. Bien forcé de reconnaître que si Le Divin ne fait partie du genre de BD que je lis ou j’apprécie habituellement, cette histoire à quelque chose de dérangeant qui interpelle et qui tient le lecteur en haleine. Bravo !

Le Divin
Boaz Lavie -Tomer Hanuka- Asaf Hanuka
Dargaud
Parution : 9 janvier 2015

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.