Le printemps suivant, la critique

Sept ans après La Tectonique des plaques, Margaux Motin reprend avec humour et émotion le récit de son parcours de femme moderne toujours en quête d’épanouissement personnel et de connaissance de soi avec Le printemps suivant.

Après une vie de mère célibataire un peu chaotique mais libre et indépendante, Margaux replonge à pieds joints dans la vie de couple. Mais cela ne se passe pas sans heurts et des perturbations se profilent à l’horizon. Et si c’était l’occasion de chercher à comprendre ce qui provoque ces nuages qui viennent de si loin ?

Margaux Motin est de retour et signe, sept ans après la tectonique des plaques, Le printemps suivant, un album qui se veut librement autobiographique et dans lequel elle se dévoile avec beaucoup d’humour et d’autodérision. Fini le célibat, Margaux Motin est désormais en couple avec Pacco. Tous les deux, ils ont décidé d’installer leur famille recomposée dans une grande et belle maison dans le sud-ouest de la France. De l’emménagement aux premiers mois de vie commune, Margaux Motin revient sur les changements qu’impliquent cette nouvelle vie : aller chez Ikea le samedi afin de finaliser la déco commune, faire du paddle avec son homme, déterminer l’utilisation du jardin, établir la liste de ses qualités et des défauts de l’autre… Évidemment, la visite forcée chez Ikea sent un peu le déjà-vu, pourtant, malgré cela, on ressent beaucoup d’authenticité dans cet album comme si cette histoire pouvait être la nôtre. En captant l’instant et en le tournant allègrement en dérision, Margaux Motin propose au lecteur de s’installer dans son quotidien, sans se prendre trop au sérieux.

Graphiquement, le travail de Margaux Motin a beaucoup évolué depuis La tectonique des plaques. Son découpage s’affranchit du format blog, sans case, et est désormais plus traditionnel ce qui n’enlève absolument rien au dynamisme et au rythme du récit. Le trait est énergique, expressif et plein de fraîcheur. Le choix des couleurs, colorées et vives, participent à dynamiser ce récit.

Avec Le printemps suivant, Margaux Motin fait son grand retour en librairie. Elle signe une autofiction efficace, fraîche, drôle et touchante dans lequel elle n’hésite pas à se mettre en scène, elle et sa famille recomposée, avec beaucoup de dérision.

Le printemps suivant #1
Vent lointain

144 pages
Margaux Mottin
Casterman
Parution : 7 octobre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.