Les frères Rubinstein #1, la critique

Luc Brunschwig, accompagné par Etienne Le Roux et Loïc Chevallier aux dessins, et Elvire de Cock aux couleurs, lance une nouvelle série, Les Frères Rubinstein, une saga familiale, qui narre le destin de deux frères juifs de 1927 à 1948, entrainés dans le tumulte de la vie. 

Première moitié du 20e siècle. Deux frères, réduits à la seule identité juive, accomplissent leur destin dans un monde en train de basculer dans la folie… De 1927 à 1948, la vie de deux frères juifs d’origine polonaise, nés pauvres dans un coron du Nord de la France. Salomon, l’aîné, débrouillard et hâbleur, rêve de cinéma. Moïse, le cadet, intelligent et timide, réussit brillamment son parcours scolaire. Peu soucieux de leur identité religieuse, les évènements en feront d’abord une bénédiction avant d’entraîner Moïse au-delà des portes de l’enfer… 

Passionnant. On a beau connaître l’énorme talent de Luc Brunschwig pour raconter des histoires enivrantes, il parvient, à chaque fois, à surprendre le lecteur qui se laisse tout naturellement prendre par le récit. Avec beaucoup d’habilité, et un scénario remarquablement structuré et bien ficelé avec de nombreux flashbacks, il apporte une réflexion sur le monde, tant ses aspects politiques que sociaux, par le prisme de ses personnages, profondément humains. Et au-delà de ce contexte historique tragique bien amené, Luc Brunschwig prend le temps de poser ses personnages, Moïse et Salomon, de les développer tout en dévoilant leurs forces et leurs faiblesses. Salomon est débrouillard voir opportuniste si besoin, tandis que Moïse est introverti et excellent dans les études, mais démuni face à l’adversité. Ce premier tome, Shabbat Shalom, au-delà d’initier et de poser les bases de cette nouvelle saga, réussit le tour de force d’attraper et d’embarquer le lecteur qui s’attache aux personnages dès le premier tome. A peine ce premier album refermé, on a l’irrésistible envie de poursuivre et connaître la suite de la destinée des frères Rubinstein. 

Au dessin, c’est Etienne Le Roux, accompagné par Loïc Chevallier, qui met en images la destinée de Salomon et Moïse Rubinstein. Et c’est vraiment très réussi et très joli. Les traits des personnages sont expressifs et les décors, réalistes, fourmillent de petits détails, qui accentuent cette volonté d’ancrer le sort des frères Rubinstein dans le monde réel. Etienne Le Roux est un dessinateur efficace, qui par son dessin, permet au récit de se lire avec beaucoup de fluidité et de passer de la réalité aux flashbacks en toute douceur. Efficace, il faut l’être aussi pour être capable de pondre 70 planches tous les six mois… 

Avouons-le, on ne pensait pas succomber aussi rapidement aux charmes de cette série. Et pourtant ! Luc Brunschwig et Etienne Le Roux frappent très fort avec ce premier tome des Frères Rubinstein. Shabbat Shalom est un premier tome plus que prometteur dans lequel les auteurs parviennent à mêler de manière très habile le destin de deux frères juifs à un contexte historique fort. A la fois tragique, bouleversant et très humain, c’est une série qui démarre fort ! 

Les frères Rubinstein #1
Shabbat Shalom

72 pages
Luc Brunschwig – Etienne Le Roux – Loïc Chevallier 
Editions Delcourt 
Parution : 26 août 2020 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.