Les nouvelles aventures de Lapinot #4, la critique

Après Prosélytisme & morts-vivants, Lewis Trondheim poursuit Les excellentes nouvelles aventures de Lapinot avec Un peu d’amour chez L’Association.

Lapinot, les mains derrière le dos, observe dans un cadre un strip de quatre cases : une créature se balade en harmonie avec son petit chien avant d’être terrorisée par un monstre qui finit par la prendre en affection.Un peu d’amour est un recueil de 125 strips dont le premier, placé en couverture de l’album, n’échappera pas à l’œil du lecteur attentif. Faut-il voir dans ce strip initial une allusion à Lapinot, qui subit successivement la haine puis l’amour de Camille, bibliothécaire passionnée ? Car si l’album est constitué de digressions savoureuses, il n’en suit pas moins un fil rouge : l’amitié entre Lapinot et Marc Bolart, un sans-abri fou de littérature dont les textes seront publiés par la maison d’édition Carottes, montée par Lapinot et Camille… Un peu d’amour, c’est aussi beaucoup d’amitié : on retrouve ainsi la répartie cynique de Richard, fidèle compagnon toujours en verve lorsqu’il s’agit de jeter un regard critique sur ses contemporains. Et l’amitié ça compte, car Richard serait prêt à suivre Lapinot jusqu’au bout du monde… ou du moins jusqu’à Ljubljana.

Lewis Trondheim ne cesse de se renouveler. Il le démontre une nouvelle fois avec cette quatrième aventure des nouvelles aventures de Lapinot pour laquelle l’auteur s’est imposé cette fois-ci une nouvelle contrainte de format. Alors que pour le tome 2, Lewis Trondheim s’était imposé une aventure muette dans un format à l’italienne, il a bâti ce quatrième tome, Un peu d’amour, autour d’une série de strips, dont certains ont été préalablement publié sur Instagram. Et ça marche ! La folie et l’originalité de l’auteur sont payantes et la structure du récit, en succession de gags en 3 à 5 cases avec une chute à la fin de chaque strip, n’altère en rien la fluidité de l’histoire qui emmène le précautionneux Lapinot et l’inénarrable Richard jusqu’à Ljubljana. Au-delà de la forme, Lewis Trondheim s’attache à mettre en exergue les petits travers qui touche notre société avec pour cible, dans ce nouvel album la place du téléphone dans la vie de chacun et la part (trop) importante que prennent trop souvent les réseaux sociaux. Pertinent et très drôle avec des dialogues toujours savoureux !

Le dessin, si caractéristique, de Lewis Trondheim est d’une efficacité sans faille. La simplicité de son trait, facile à lire, cache une précision et un découpage millimétré. Le challenge que s’est imposé l’auteur de construire son récit autour de gags en une bande n’empêche pas le lecteur de suivre cette histoire d’une grande fluidité. Lewis Trondheim capte à coup sûr le lecteur pour l’embarquer dans son univers décalé et cynique.

Avec Un peu d’amour, Lewis Trondheim signe une nouvelle aventure de Lapinot innovante et toujours aussi drôle. Tout en se lançant des défis personnels, Lewis Trondheim régale le lecteur avec ses personnages particulièrement attachants une et aventure qui fait du bien… on adore !

Les nouvelles aventures de Lapinot #4
Un peu d’amour

48 pages
Lewis Trondheim
L’association
Parution : 20 août 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.