Les porteurs d’eau, la critique

Les porteurs d'eau, Duval, Sure, DelcourtDans Les porteurs d’eau, de Fred Duval et Nicolas Sure, deux jeunes cyclistes se lancent dans le trafic de produits dopants.

En cavale après un deal d’EPO qui a mal tourné, deux jeunes cyclistes amateurs s’offrent un tour de France inattendu, de la France qui perd aux sommets mythiques de la grande boucle. Jérôme et Florian sont sur le point d’acheter des produits dopants lorsque la douane débarque, obligeant les deux jeunes espoirs du cyclisme à prendre la fuite, le coffre plein d’argent et de marchandise. Leur cavale va les mener de Dieppe jusqu’au Mont Ventoux. Une poursuite tragi-comique durant laquelle le petit Pignon devra également affronter le fantôme de son père, coureur professionnel mort à 37 ans d’une embolie pulmonaire.

C’est un sujet à la fois surprenant et intéressant mais rarement traité en bande dessinée qu’a choisi d’aborder Fred Duval avec Les porteurs d’eau. Jérôme et Florian, deux jeunes espoirs du cyclisme aux destins prometteurs se laissent embarquer dans un trafic de produits dopants, mêlant flics et mafia, qui les dépassent clairement. Le scénario de Fred Duval est passionnant et captivant de bout en bout. Dès les premières pages, on s’attache vraiment à ses deux jeunes hommes en cavale qui enchainent les mauvaises décisions. La construction du récit est elle aussi très intéressante. En référence au Tour de France, on suit la cavale des deux cyclistes tout autour de la France, ville après ville, étape après étape, du prologue à l’étape finale comme métaphore à l’introduction et la conclusion de la course folle deux jeunes cyclistes.
En plus d’être un récit captivant, Fred Duval propose un récit très documenté et remplie d’émotion, un ton véritablement humain, sur ces forcenés du vélo et le dopage qui n’épargne pas le cyclisme amateur, bien au contraire.

Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, DelcourtLes porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt
Les porteurs d’eau, Duval, Sure, Delcourt

Graphiquement, Nicolas Sure assure. En reprenant l’image du Tour de France, le dessinateur nous gratifie de décors variés tels que l’on peut les découvrir à la TV lorsque les coureurs parcourent la France. Les personnages ne sont pas en reste et Nicolas Sure peint de belle manière l’insouciance et inconscience de Jérôme et Florian.

Les porteurs d’eau est un récit surprenant et original dont le scénario bien est ficelé et captivant. Fred Duval peint avec beaucoup de réalisme les coulisses du cyclisme, entre dopage et petits arrangements, professionnel et amateur. Les Porteurs d’eau est une BD qui saura plaire bien au-delà des fans de la Petite Reine.

 

Les porteurs d’eau
136 pages
Fred Duval – Nicolas Sure
Delcourt
Parution : 30 mai 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.