L’étoile du désert #3, la critique

L'étoile du désert, Marini, Desberg, Labiano, Dargaud20 ans après L’Étoile du Désert, qui a révélé Enrico Marini au grand public, Stephen Desberg en signe le préquel pour Hugues Labiano.

Une nuit, dans la plaine, des pionniers sont attaqués par des hommes en armes. Plutôt que d’être violée par leur chef, l’une des femmes du convoi met fin à sa vie, tandis que sa petite fille s’enfuit dans le noir. Un nommé Garth la poursuit. Il est chargé de la tuer mais il va finalement lui laisser la vie sauve. Quelques années plus tard, elle s’installe dans une ferme, non loin des lieux du drame, avec son père, revenu pour se venger. De son côté, dans une tribu indienne, le jeune Souffle du Matin rêve de conquérir le coeur de la belle Étoile du Désert, promise à un guerrier nommé Ours brun. Bientôt, les fils des destins de tous ces personnages vont s’entremêler dans un déchaînement de violence et de vengeance…

Ce nouvel album de L’étoile du désert est le préquel à la série imaginée par Desberg et Marini. Dans cette aventure, Desberg relate le passé d’Étoile du désert et ses origines pour mieux comprendre son personnage et ses choix futurs. Le premier cycle fait aujourd’hui partie des très bonnes BD que l’on recommande tant le scénario et les dessins sont réussis. Malheureusement on ne peut pas tout à fait en dire autantdu premier tome de ce nouveau dyptique. Le récit est une nouvelle fois parfaitement maîtrisé mais l’on ressent quelques lenteurs dans la narration qui nous empêche de complètement apprécier cette nouvelle aventure. Stephen Desberg développe lentement ses personnages et embarque le lecteur un peu trop tranquillement dans la fureur du far west. 

L’étoile du désert, Marini, Desberg, Labiano, Dargaud
L’étoile du désert, Marini, Desberg, Labiano, Dargaud
L’étoile du désert, Marini, Desberg, Labiano, Dargaud
L’étoile du désert, Marini, Desberg, Labiano, Dargaud
L’étoile du désert, Marini, Desberg, Labiano, Dargaud
L’étoile du désert, Marini, Desberg, Labiano, Dargaud

Aux dessins, Enrico Marini laisse sa place à Hughes Labiano, et il n’échappera à personne que leur trait n’est pas identique. Certes un graphisme différent et pourtant Labiano s’adapte parfaitement aux contraintes de cette reprise et plonge le lecteur sous le soleil des pleines américaines avant beaucoup de délectation  grâce aux détails et décors soignés.

Que ceux qui ne connaissent pas encore L’étoile du désert n’hésitent pas à démarrer la série par ce tome 3, quant aux autres ils auront plaisir à découvrir les origines d’une série culte. 

 

L’étoile du désert #3
56 pages
Stephen Desberg – Hughes Labiano – Enrico Marini
Dargaud
Parution : 23 septembre 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.