Max de Radiguès, dans la case… | Bâtard

Max de Radiguès, dans la case, Bâtard, Casterman

Une Case en plus vous propose de rentrer Dans la case d’un auteur de bande dessinée, qu’il soit scénariste, dessinateur ou encore coloriste. Dans la case, c’est simple, l’auteur choisit une case au sein de son dernier album, explique son choix et la décrypte pour vous.

Aujourd’hui, Max de Radiguès vous propose d’entrer dans la case des pages 82 et 84 de Bâtard publié par les éditions Casterman.

Max de Radiguès, dans la case, Bâtard, Casterman

 

« C’est dur de choisir une case dans un livre et de l’isoler. J’ai pas mal hésité parce qu’il y a beaucoup de cases qui sont remplies de petits détails et anecdotes liées à ma vie. Mais ces cases ne sont toujours très intéressantes seules, sans être dans une narration. J’ai finalement choisi une case, qui graphiquement et du point de vue du sens, tient seule.

C’est une case qui dans le livre prend une double page à bord perdu. Eugene et May, en voiture, se font percuter par un gros SUV. Il y a du des bris de vitres dans tout les sens. On arrête vraiment le temps une fraction de seconde après l’impact.

Quand j’ai commencé à lire Bâtard, je me suis acheté les rééditions des premiers Tortues Ninjas (Teenage Mutant Ninja Turtles : The ultimate collection vol.1 à 3 chez IDW). C’est les rééditions des premiers fanzines. En fin de numéro, Eastman et Laird font des commentaires sur la création de la série et leurs influences. Ils font beaucoup de grosses doubles pages ou pleines pages, assez fouillées, dans les scènes d’action. Ils disent qu’ils étaient fort influencés par Jack Kirby et que c’est de là que viennent ces cases/pages.


J’adore lire ce genre de scènes. Le dessin des premiers Tortues Ninja n’est pas toujours séduisant mais leurs découpages fonctionne super bien. C’est donc en lisant ça que j’ai eu envie de mettre une double pleine page dans Bâtard.

Max de Radiguès, dans la case, Bâtard, Casterman
J’ai d’abord publié Bâtard en fanzine, et dans le numéro 8, j’avais cette scène d’accident. Je savais que c’était ma chance pour faire une grosse case « coup de poing ». Comme je faisais du fanzine, le seul endroit où je pouvais faire une double page sans risque, c’était dans la page centrale. Je me suis donc arrangé pour que mon accident ait lieu à ce moment précis ».

 

une Case en plus remercie chaleureusement Max de Radiguès pour sa participation. Retrouvez la chronique de son dernier album Bâtard publié par Casterman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.