Les nouvelles aventures de Lapinot #1, la critique

Lapinot, un monde un peu meilleur, Lewis Trondheim, L'associationTragiquement disparu en 2004 dans La Vie comme elle vient, Lapinot reprend aujourd’hui, comme si de rien n’était, le cours de ses aventures avec la parution d’Un monde un peu meilleur, le premier tome des Nouvelles aventures de Lapinot.

Dans un parc ensoleillé, à l’heure du déjeuner, Richard et Lapinot plaisantent à propos de la mort. Une petite minute… Lapinot ? Vous avez bien lu, Lapinot est de retour ! Nous faisons dans Un Monde un peu meilleur la connaissance de Gaspard, affligé de l’encombrante aptitude de voir l’émanation psychique des gens qu’il croise, nous constatons que Richard, à peine remis de ses blessures, a gardé intacte la faculté de déclencher des catastrophes, que Titi, après sa chimio, a toujours le sens de la fête et que l’aura de Nadia est à la mesure de ses ambitions journalistiques…

Quel que soit la véritable raison qui ait poussé Lewis Trondheim à faire renaître de ses cendres son emblématique personnage, c’est pour les lecteurs un immense plaisir de retrouver Lapinot pour de nouvelles aventures.  Lewis Trondheim avoue toutefois que Lapinot « n’a pas à proprement parler ressuscité. Il est bien mort dans La vie comme elle vient, il n’y pas de happy end 13 ans plus tard. Mais comme Lapinot passe d’un univers à l’autre sans se sourciller, Moyen-Age, Western, Spirou etc… Il peut très bien réapparaitre dans un univers contemporain où il ne serait pas mort ». Logique en somme.
Avec ce nouvel album, Un monde un peu meilleur, les personnages reprennent tranquillement le cours de leurs vies. Lapinot, dont le retour est adroitement expliqué dès la première page en évoquant les univers parallèle, cherche toujours à faire le bien, Richard est toujours aussi faiseur de catastrophe, Titi se remet doucement de sa chimio et Nadia, quant à elle, est toujours à la recherche du scoop. Bref, on retrouve notre héros comme si on l’avait quitté la veille.
Le scénario de Lewis Trondheim est réussi et l’auteur se montre capable une nouvelle fois de parler avec talent de la vie et du quotidien avec une telle aisance, tout en y mêlant avec habilité des réflexions plus profondes sur le monde telles que le terrorisme islamiste, le journalisme à sensation et la recherche du scoop, les pratiques des laboratoires pharmaceutiques et les sites de rencontres. L’humour n’est pas en reste, évidemment au travers du personnage de Richard, mais aussi grâce aux dialogues cinglants et piquants que livre Lewis Trondheim.

Lapinot, un monde un peu meilleur, Lewis Trondheim, L’association
Lapinot, un monde un peu meilleur, Lewis Trondheim, L’association
Lapinot, un monde un peu meilleur, Lewis Trondheim, L’association
Lapinot, un monde un peu meilleur, Lewis Trondheim, L’association
Lapinot, un monde un peu meilleur, Lewis Trondheim, L’association
Lapinot, un monde un peu meilleur, Lewis Trondheim, L’association

Graphiquement, on retrouve Lapinot tel que le lecteur l’avait quitté il y a 13 ans. Tant mieux d’ailleurs tant le travail graphique de Lewis Trondheim est parfait et minutieux. Le style de Lewis Trondheim peut paraître simple de prime abord mais il se dégage une telle efficacité qu’elle embarque et immerge le lecteur du début à la fin.

Lapinot est mort, vive Lapinot ! Avec Un monde un peu meilleur, Lewis Trondheim relance avec brio les aventures de son héros pointure 88. Souhaitons vivement que de nombreuses nouvelles aventures voient le jour !

 

Les nouvelles aventures de Lapinot #1
Un monde un peu meilleur
48 pages
Lewis Trondheim
L’association
Parution : 17 août 2017

1 réaction sur “ Les nouvelles aventures de Lapinot #1, la critique ”

  1. Ping Les nouvelles aventures de Lapinot #2, la critique | une Case en plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.