On a lu, mais on ne va pas se mentir… #3

Parmi les plus de 5 000 BD qui sont publiées tous les ans, tous les titres ne méritent pas forcément que l’on s’attarde sur eux. Mais parce qu’il est tout de même intéressant de savoir où on met les pieds avant d’acheter un nouvel album BD, on vous dira, tous les 15 jours, pourquoi certains albums ne nous semblent pas indispensables…

Cette semaine on a lu les albums suivants, mais on ne va pas se mentir…

 

Le cycle de Nibiru #2 - Glénat - Izu - Mathieu MoreauLe cycle de Nibiru #2

Voilà 3 ans qu’Alicia a rejoint les rangs de la résistance. Elle y a appris à contrôler le Nagual lui conférant les pouvoirs d’une bête sauvage. Cette arme, comme toutes celles héritées d’une civilisation antérieure à l’humanité, utilise le sang comme carburant. Elle ferait partie d’un plan conçu des milliers d’années auparavant pour éviter la collision entre Nibiru la destructrice et la Terre, et l’annihilation de toute forme de vie sur Terre… Alors que, sous l’effet du Nagual, Alicia perd peu à peu le contrôle d’elle-même, sera-t-elle en mesure d’empêcher cette funeste prophétie ?

Le premier tome était très décevant. Ce deuxième l’est tout autant tant l’histoire est confuse et manque d’explications indispensables à la compréhension de l’histoire. Si bien qu’il ne m’a pas été possible d’aller au bout de ce récit assez brouillon. Côté graphique, le dessin de Mathieu Moreau, pourtant pas désagréable, n’aide pas a rendre le récit plus compréhensible et lisible…

Le cycle de Nibiru #2
La fin d’un monde
Izu – Moreau
Glénat
Parution : 1 avril 2015

 

 

Les fondus de Moto #7 -  Cazenove - Richez - BlozLes fondus de moto #7

Le crissement des graviers sous la roue avant, les hoquets mécaniques du sélecteur de vitesse, les parfums enivrants de l’échappement et de l’huile bouillante, le motard concentré sur son bourrinage n’y fait plus trop attention. Mais dès qu’un mauvais lumbago l’oblige à redevenir piéton, alors ce retour aux sources s’impose. Ah, l’odeur de la gomme chaude, le cliquetis du moteur brûlant… notre motard ankylosé en rêve. Et le couinement des freins ? Surtout pas, car un motard qui rêve ne freine jamais !

Ce septième tome des Fondus de moto est signé par Hervé Richez, Christophe Cazenove et Bloz, les auteurs maison des éditions Bamboo. Ersatz de la série Joe Bar Team, les Fondus de moto pêche par son humour un peu lourd et des gags de qualité plutôt mauvais. Toutefois, ce septième tome saura sans doute ravir les vrais fondus de moto qui se reconnaitront sans doute dans certaines situations et encore… Graphiquement, c’est plus tôt réussi. Malheureusement, on retrouve une nouvelle fois les mêmes personnages que ceux utilisés dans les autres séries Bamboo (Les fondus du vin, Les fondus de la glisse,  etc…) et c’est franchement dommage. On aurait préféré de la nouveauté de ce côté là.

Les fondus de moto #7
Hervé Richez – Christophe Cazenove – Bloz
Bamboo
Parution : 1 avril 2015

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.