RIP #2, la critique

Les mouches suivent toujours les charognes, deuxième tome de la série RIP par Gaet’s et Julien Monier, s’intéresse à Maurice, le vieux de la bande des nettoyeurs.

Après Derrick, voici Maurice. Pas d’amis, pas de passé, pas d’avenir. Ce vieux barbu aigri nous plonge dans son quotidien macabre. Mieux encore, il nous dévoile sa véritable identité, celle qu’il cache depuis des années pour protéger sa fille… en vain.

Après s’être attardé sur Derrick dans le premier tome de RIP, le deuxième tome s’intéresse à Maurice, le doyen de l’équipe de nettoyeurs. Gaet’s entraîne le lecteur dans le passé mystérieux de Maurice, son histoire, ses déboires et son immense secret. Car Maurice n’est pas son véritable nom. Maurice s’appelle véritablement Marcello Camperetti, et c’est un ancien caïd désormais à la retraite. C’est dire si son histoire n’est pas simple. D’autant que, s’il tient tant à garder sa véritable identité secrète, et s’il accepte gentiment de récurer les scènes de crimes, c’est pour protéger sa fille… Page après page, Gaet’s plonge le lecteur dans cette vie tumultueuse, loin d’être un long fleuve tranquille. A l’instar du premier tome Derrick – Je ne survivrai pas à la mort, que l’on avait particulièrement apprécié, ce deuxième opus est un formidable thriller captivant, parsemé de flashbacks, qui immerge, une nouvelle fois, le lecteur dans cet univers morbide et glauque.

Le dessin de Julien Monier sert superbement le scénario de Gaet’s. Tout d’abord, Maurice, tout comme les autres personnages, ont de vraies gueules d’affreux. Ensuite, le dessinateur plonge le lecteur dans un univers si bien représenté / imaginé que l’on pourrait presque être réellement gêné par les odeurs et les mouches qui tournent autour des cadavres. Et les décors, riches et très détaillés, contribuent à rendre ce récit encore plus réel. A cela s’ajoute une mise en couleur sombre qui peaufine cette atmosphère glauque et morbide.

Avec Maurice – Les mouches suivent toujours les charognes, Gaet’s et Julien Monier impressionnent encore. On apprécie particulièrement la manière dont la série est conçue et permet au lecteur de suivre l’itinéraire d’un des nettoyeurs à chaque tome, tout en laissant, au lecteur, entrevoir l’intrigue globale… Les auteurs livrent une histoire très bien construite et passionnante dont la thématique, originale, renforce indéniablement l’intrigue et créé une véritable ambiance, qui marque les esprits. On a désormais hâte de faire plus ample connaissance avec Ahmed qui sera le personnage principal du tome 3 de RIP, à paraître fin août 2020.


RIP #2
Maurice – Les mouches suivent toujours les charognes

112 pages
Gaet’s – Julien Monier
Petit à Petit
Parution : 23 août 2019

1 réaction sur “ RIP #2, la critique ”

  1. Ping RIP #3, la critique | une Case en plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.