RIP #3, la critique

Avec le troisième tome de RIP, Gaet’s et Julien Monier s’attaquent à un nouveau personnage, Ahmed, et nous font découvrir le quotidien de ce policier, expert en insectes, qui l’amènera malheureusement au bon endroit au mauvais moment. 

Après un premier tome consacré à Derrick et un deuxième dédié à Maurice, nous plongeons désormais dans le quotidien sordide d’Ahmed, jeune flic spécialisé dans l’étude des insectes. Plongé dans une affaire criminelle qui le dépasse mais décidé à faire ses preuves, Ahmed risque bien de se retrouver au bon endroit… au mauvais moment. 

Après Derrick et Maurice, c’est au tour d’Ahmed de se dévoiler dans ce troisième opus de RIP. Et son quotidien n’est pas totalement rose. Ahmed est un flic frustré. Alors qu’il rêve de mener, et résoudre, des enquêtes sur le terrain, Ahmed travaille comme expert au service entomologie pour déterminer, grâce à l’analyse des insectes qui grouillent sur les corps, le jour et l’heure de la mort des cadavres. Le nombre de décès s’est étonnamment accru ces derniers temps et Ahmed est persuadé que cela cache quelque chose de louche, que ces morts ont été déguisés et sont donc forcément tous liés. Têtu, et délaissant son couple, il va mener l’enquête pour prouver qu’il a raison, jusqu’à s’infiltrer au sein de l’équipe de nettoyeurs, et se retrouver au bon endroit au mauvais moment. Avec ce troisième album, Gaet’s redistribue totalement les cartes et étonne le lecteur avec un scénario toujours aussi bien construit, qui recèle petites surprises. Au fur et à mesure des pages, il est, par ailleurs, très intéressant et amusant de retrouver dans cet album des références et clins d’œil aux précédents albums, notamment lorsqu’Ahmed doit rapidement se planquer dans une pièce remplie les poupées mannequins pour éviter d’être démasquer par l’équipe de nettoyeur. Certaines pièces du puzzle commencent à s’emboiter parfaitement jusqu’au dénouement de cette histoire étonnante et pleine de surprise qui a le mérite de relancer efficacement l’intrigue.

Graphiquement, le dessin de Julien Monier est percutant. Son trait semi-réaliste, parfois caricatural, lui permet de tout dessiner, et il ne se gêne pas en ajoutant une multitude de petits détails. La mise en scène et le découpage embarquent le lecteur dans un univers moribond et glauque à souhait dans lequel le lecteur peut se sentir mal à l’aise. C’est dire si le dessinateur a réussi son coup ! Toutes ces petites bestioles tout comme les décors, riches et très détaillés, contribuent à rendre ce récit réel et créér une véritable atmosphère macabre.

Dans ce troisième tome, Ahmed – Au bon endroit au mauvais moment, Gaet’s et Julien Monier s’attardent sur le personnage d’Ahmed et retranscrivent parfaitement sa quête de reconnaissance professionnelle. Avec un dénouement surprenant, ils redistribuent les cartes et relancent complètement l’intrigue. Ils dévoilent un nouveau pan de cette histoire, prévue en 6 tomes, qui permet au lecteur d’avancer tout en bousculant les idées préconçues. Toujours aussi passionnant !

RIP #3
Ahmed – Au bon endroit au mauvais moment

112 pages
Gaet’s – Julien Monier
Petit à Petit
Parution : 28 août 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.