Sacrées Sorcières, la critique

Admiratrice de l’œuvre de Roald Dahl depuis son enfance, Pénélope Bagieu adapte, aux éditions Gallimard, Sacrées sorcières, l’histoire d’un garçon et de sa grand-mère tentant d’échapper à la folie meurtrière d’une horde de sorcières en furie. 

Les enfants sont répugnants! Ils puent! Ils empestent! Ils sentent le caca de chien! Rien que d’y penser, j’ai envie de vomir! Il faut les écrabouiller! Les pulvériser! Écoutez le plan que j’ai élaboré pour nettoyer l’Angleterre de toute cette vermine…

Attention! Les vraies sorcières sont habillées de façon ordinaire et ressemblent à n’importe qui. Mais elles ne sont pas ordinaires. Elles passent leur temps à dresser les plans les plus démoniaques et elles détestent les enfants. La Grandissime Sorcière compte bien les faire tous disparaître. Seuls un jeune garçon et son extravagante grand-mère semblent capables de l’en empêcher…

Grande fan de Roald Dahl, Pénélope Bagieu s’empare de l’un de ses romans phares, Sacrées Sorcières, publié en 1984, en y apportant sa patte. Alors que les sorcières prévoient de faire disparaître tous les enfants, qu’elles haïssent profondément, un jeune garçon et sa grand-mère vont tous faire pour les arrêter. Seulement voilà, pas facile de les reconnaître. Les sorcières sont identiques en apparence aux femmes ordinaires, à l’exception de certains détails : elles portent tout le temps des gants, elles n’ont pas d’orteils et elles sont chauves, ce qui les oblige à porter des perruques pour ne pas se faire repérer. Difficile dans ces conditions de contrecarrer leurs plans. Avec talent, Pénélope Bagieu s’approprie le roman de Roald Dahl pour en proposer une très belle adaptation. Tout en conservant l’humour présent dans le roman, qu’elle retranscrit de belle manière, la scénariste modernise l’histoire en y apportant sa patte. Sa version accueille une petite fille, amie du héros, alors que dans le roman, il avait un copain. Et la Grandissime sorcière est plus terrifiante que l’originale. Ce Sacrées Sorcières est tout simplement captivant et plaira autant aux adultes qu’eux enfants.

Le dessin de Pénélope Bagieu est très dynamique, vif et coloré. Le lecteur se voit transporté dans un univers joyeusement déjanté dans lequel il est très difficile de ne pas succomber aux charmes des personnages, véritablement attachants. On pense notamment à la grand-mère, un vrai personnage de BD au look improbable, pour lequel Pénélope Bagieu s’est inspirée de sa propre grand-mère. Pour autant, la dessinatrice n’édulcore pas son graphisme et n’hésite pas à pousser l’aspect terrifiant des sorcières.

Drôle et résolument moderne, Pénélope Bagieu régale le lecteur avec cette adaptation du roman de Roald Dahl, Sacrées sorcières. Le lecteur prend énormément de plaisir tout au long d’un récit sans temps-morts, passionnant et captivant. Pénélope Bagieu revisite cette œuvre avec réussite et propose une histoire intelligente et rondement bien menée.

Sacrées sorcières
304 pages
Pénélope Bagieu
Gallimard
Parution : 29 janvier 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.