Seuls #11, la critique

Seuls #11, Les cloueurs de nuit, Dupuis, Gazzotti, VehlmannBruno Gazzotti et Fabien Vehlmann signent Les cloueurs de nuit, onzième tome de Seuls, dont l’intrigue est centrée sur le personnage d’Yvan.

Yvan s’est réfugié en Bretagne, dans la maison de vacances de ses parents… du temps où il était vivant. Il survit en récupérant des boîtes de conserve dans les maisons vides et en pêchant des araignées de mer. Pour retrouver ses amis, il ne sait où aller : à Néosalem où le psychopathe Saul a pris le pouvoir ? Ou à Fortville, avec ses Terres-Basses et ses horreurs paranormales ?  Un soir, Camille lui rend visite. Par ses propos étonnants et sa connaissance incroyable des quinze familles, Yvan comprend qu’elle est l’Enfant-Minuit, l’élue des familles du mal. Camille le menace : il doit rejoindre ses amis à Fortville sous peine d’avoir la visite des cloueurs de nuit. Puis elle disparaît aussi soudainement qu’elle était arrivée. La nuit suivante, un bus à impériale sort de la mer et déverse une horde d’enfants zombies qui, armés de clous et de marteaux, attaquent le manoir où s’est réfugié Yvan. Commencent alors pour Yvan des nuits de veille, de fuite et de cauchemar dans l’épisode le plus glaçant d’effroi de la série.

A l’instar du 10ème tome, Le maître des couteaux, ce nouvel album de Seuls est centré sur un des personnages principaux, comme le suggère la couverture. Fabien Velhmann axe son récit sur Yvan qui s’est réfugié en Bretagne depuis la séparation du groupe. Chacun se retrouve désormais esseulé et confronté à ses propres difficultés qu’il doit affronter seul. Yvan ne va pas être épargné et, retranché en Bretagne, il va devoir prendre son courage à deux mains pour échapper à une armée de cloueurs et tenter de rejoindre ses amis à Fortville. Sous l’impulsion du scénariste, la tension monte d’un cran et le récit est plus sombre et effrayant. Malheureusement, comme on avait pu le constater avec l’album précédent, les révélations sont assez rares – Yvan apprend tout de même que Camille est bien l’enfant minuit – sans doute en raison du choix des auteurs d’axer chaque album autour d’un personnage. Malgré tout le talent de Fabien Vehlmann pour immerger le lecteur dans son univers, on reste un peu sur notre faim, d’autant qu’il va falloir être patient pour lire la suite de cette captivante série.

Seuls #11, Les cloueurs de nuit, Dupuis, Gazzotti, Vehlmann
Seuls #11, Les cloueurs de nuit, Dupuis, Gazzotti, Vehlmann
Seuls #11, Les cloueurs de nuit, Dupuis, Gazzotti, Vehlmann
Seuls #11, Les cloueurs de nuit, Dupuis, Gazzotti, Vehlmann
Seuls #11, Les cloueurs de nuit, Dupuis, Gazzotti, Vehlmann
Seuls #11, Les cloueurs de nuit, Dupuis, Gazzotti, Vehlmann

Aux dessins, Bruno Gazzotti répond une nouvelle fois présent. Comme à chaque album, le dessinateur relève aisément les défis que lui propose Fabien Velhmann. Après les allées colorées d’un salon du jouet dans Le maître des couteaux, Bruno Gazzotti embarque Yvan en Bretagne dans des décors plus sombres sans perdre en lisibilité. Par ailleurs, le trait de Bruno reste expressif et dynamique…

Malgré une certaine stagnation dans l’avancée du récit, Les cloueurs de nuit, 11ème album de Seuls reste un album prenant et efficace !

 

Seuls #11
Les cloueurs de nuit
48 pages
Bruno Gazzotti – Fabien Vehlmann
Dupuis
Parution : 1 juin 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.