Silas Corey #1, la critique

9782723483926-L

Avril 1917. La guerre fait rage dans toute la France. À Paris, l’opposition menée par Georges Clemenceau tente de faire tomber le gouvernement Caillaux… Silas Corey, ancien reporter, agent du 2e Bureau, détective et aventurier à plein temps, est engagé par Clemenceau pour retrouver un reporter disparu qui aurait recueilli des preuves de la trahison du chef du gouvernement. Corey vend également ses services au 2e Bureau et à Mme Zarkoff, industrielle de l’armement compromise dans l’affaire. Silas Corey se lance donc sur la piste du reporter, et ne tarde pas à croiser le chemin du redoutable espion Aquila, qui dirige les opérations du Kaiser en France… L’issue de la guerre pourrait bien dépendre du résultat de son enquête. Mais au fait, quelqu’un sait-il pour qui Silas Corey travaille vraiment ?

Pour cet album, je l’avoue, j’ai fait confiance à mon libraire. Bien m’en a pris. J’ai adhéré à Silas Corey dès la 1ère page. Fabien Nury et Pierre Alary signent une très belle aventure se déroulant sous la 3ème République et notamment lors de la Première Guerre Mondiale. Silas Corey est l’énigmatique personnage principal de cette nouvelle série.

Côté scénario, Fabien Nury nous embarque pendant le Première Guerre Mondiale. Mais le récit de Fabien Nury est plus centré autour du personnage principal. Un personnage que l’on a du mal à cerner. Légèrement antipathique, Silas Corey est homme arrogant que l’on découvre au fil des pages et que l’on découvrira sans doute au fur et à mesure des prochains albums. Tous les ingrédients sont réunis pour faire de cette BD un aventure passionnante : intrigue, complots, conspirations politiques, rebondissements et scènes de poursuite. Un récit riche pour tenir le lecteur en alerte.

Silas Corey, T1

Graphiquement, c’est magnifique. Les dessins de Pierre Alary naviguent entre moderne et rétro. Les découpages apportent tout le dynamisme nécessaire au scénario. Les planches sont superbes, presque cinématographiques ; Pierre Alary alternant entre des dessins pleins pages et des planches avec une plusieurs petites cases.

Silas Corey est une très bonne BD. Le scénario est bon, et il est superbement emballé par le dessin de Pierre Alary. Le 1er tome a d’ailleurs reçu le Prix BD Fnac 2014 en Belgique. On attend la suite des aventures de ce mystérieux Silas Corey avec impatience.

1 réaction sur “ Silas Corey #1, la critique ”

  1. Ping Don Vega, la critique | une Case en plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.