Soucoupes, la critique

Soucoupes - Glénat - Obion - Le GouëfflecArnaud Le Gouëfflec et Obion proposent, chez Glénat, Soucoupes, un ouvrage étonnant sur la relation entre un extraterrestre et un être humain et leurs relations à l’art.

Dans un délicieux univers uchronique où les êtres humains et les aliens cohabitent à la façon d’un film des années 1950, Christian est un cinquantenaire un peu blasé. Disquaire dans un monde où l’humanité a fait sa grande rencontre du troisième type avec une espèce hyper évoluée, il a du mal à envisager l’avenir de sa profession. Et pourtant un jour, l’un de ces robots extra-terrestres, curieux, franchit le pas de sa porte pour lui demander d’écouter de la « musique humaine ». Agacé, intrigué puis amusé, Christian sympathise petit à petit avec cet être venu d’ailleurs… Il se met même en tête de lui faire découvrir les différentes formes d’art : il lui fait écouter de la musique de tous les horizons, l’emmène dans les musées, l’initie à la philosophie… il lui passe même ses revues pornos ! Un jour, Christian découvre une chose incroyable : son ami de métal a le pouvoir de projeter les gens à l’intérieur des œuvres !

Sans jeu de mot hasardeux, Soucoupes est un petit ovni de la bande dessinée. Arnaud Le Gouëfflec met en scène Christian, un être humain bourru et assez grognon dont les seuls vrais plaisirs dans la vie sont la musique, la peinture et ses amis de bistrots. Pour lui, la présence des extraterrestres sur Terre n’est pas forcément une bonne chose… jusqu’à ce qu’il fasse la rencontre avec l’un d’entre et qu’ils partagent la même passion pour l’art. Ce que est intéressant dans le récit d’Arnaud Le Gouëfflec, c’est l’évolution du personnage de Christian qui indifférent à la présence des extraterrestres de prime abord, va se rapprocher petit à petit avec l’un d’entre eux pour nouer une véritable amitié, touchante et poétique.

Soucoupes - Glénat - Obion - Le GouëfflecC’est graphiquement que Soucoupes marque. En effet, les dessins réalisés à la tablette graphique sont somptueux et envoutants. Le dessin d’Obion,tout en rondeur, plonge le lecteur dans une ambiance décalé, hors du temps et finalement assez rétro. A cela s’ajoute une mise en couleur intense très jolie. Bref, on a du plaisir plein les yeux.

Soucoupes est un album plutôt original ne plaira sans doute pas à tout le monde mais qui mérite d’être lu, ne serait-ce que pour les dessins d’Obion.

 

Soucoupes
Arnaud Le Gouëfflec – Obion
Glénat
Parution : 01 avril 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.