Tomoé, déesse de l’eau #1, la critique

Avec Tomoé, déesse de l’eau, les auteurs Jack Manini et Tiecko revisitent le Japon médiéval, à l’assaut du pouvoir des Shoguns.

Japon, 1461. À 12 ans, Sayo assiste impuissante à la destruction de son village de pêcheurs par le pirate Yoshinaka qui extermine sa famille avant de l’enlever. Sayo a hérité de certains dons et du sabre de son aïeule Tomoé, célèbre guerrière et déesse de l’eau. Deux siècles plus tôt, l’ancêtre du pirate Yoshinaka et sa maîtresse Tomoé étaient devenus légendaires en s’emparant de la capitale Kyoto. Le pirate veut faire de Sayo une puissante combattante avant de l’épouser pour réincarner le couple mythique et tirer profit des rivalités affaiblissant le pouvoir du Shogun pour devenir le maître de Kyoto.

Le lecteur est plongé en plein cœur d’une guerre de succession dans le Japon médiéval, qui mêle complots et trahisons entre les différents prétendants à la suite du Shogun, qui souhaite abandonner son trône. Parallèlement, la jeune Sayo est enlevée, après la destruction de son village, par le pirate Yoshinaka qui veut en faire sa femme et une puissante guerrière…
Pour développer son récit, Jack Manini s’est inspiré de faits historiques réels comme en atteste le dossier thématique qui complète l’album. En mélangeant des faits historiques et du fantastique, il se dégage de ce premier tome, Le Pirate de Yoshinaka, une aventure confuse et complexe à suivre. En effet, le scénariste donne beaucoup d’informations pour mettre en place son univers, et surtout, les transitions entre les deux histoires, celle du shogun et celle de Sayo, sont parfois brutales et demandent parfois au lecteur de revenir quelques pages en arrières. Le second tome devrait sans nul doute gagner en lisibilité, les deux histoires étant liées, comme on pouvait s’en douter…

¨Tomoé, Déesse de l’eau, Jeack Manini, tieko, Grand Angle
¨Tomoé, Déesse de l’eau, Jeack Manini, tieko, Grand Angle
¨Tomoé, Déesse de l’eau, Jeack Manini, tieko, Grand Angle
¨Tomoé, Déesse de l’eau, Jeack Manini, tieko, Grand Angle
¨Tomoé, Déesse de l’eau, Jeack Manini, tieko, Grand Angle
¨Tomoé, Déesse de l’eau, Jeack Manini, tieko, Grand Angle
Le dessin de Tieko, recherché et bien documenté, plonge le lecteur dans le Japon du 15ème siècle de belle manière. Malheureusement, son trait est quelque peu figé, particulièrement sur les visages, ce qui réduit les expressions.

Si l’idée de cette nouvelle série est plutôt intéressante et originale, le 1er tome de Tomoé, déesse de l’eau manque malheureusement de lisibilité et d’un certain dynamisme qui aurait été nécessaire pour capter totalement le lecteur.

 

Tomoé, déesse de l’eau #1
Le prirate Yoshinaka
48 pages
Jack Manini – Tieko
Grand Angle
Parution : 1 mars 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.