Undertaker #3, la critique

Undertaker 3, L'ogre de Sutter Camp, Dargaud, Dorison, MeyerL’Ogre de Sutter Camp marque le début d’un nouveau dyptique d’Undertaker dans lequel Xavier Dorison et Ralph Mayer s’intéressent au passé de Jonas Crow !

Jonas Crow n’est plus ce pauvre croque-mort solitaire… même si, lui, aurait bien voulu le rester ! Mademoiselle Lin et Rose, la belle Anglaise, se sont associées au croquemort. De la douceur dans son monde de brutes ? Pas pour très longtemps… Un ancien colonel lui apprend que « l’Ogre de Sutter Camp est vivant » ! Son passé trouble pendant la guerre de Sécession ressurgit, et Jonas engage alors sa « troupe » dans une chasse à l’homme et à ses propres regrets…

Après un premier dyptique, très réussi, qui a indéniablement marqué les esprits des lecteurs, le retour de Jonas crow était fortement attendu. Eh bien, L’ogre de Sutter Camp, troisième tome de Undertaker, ne déçoit pas un seul instant. Xavier Dorison ouvre ce nouveau dyptique avec un récit à l’ambiance très sombre et pesante. Alors que Rose et Mademoiselle Lin, qui accompagnent désormais Jonas Crow, souhaitent relancer le business du Croquemort, ils vont être, tous les trois, confrontés au passé de Jonas durant la guerre de sécession. Un passé dont le héros ne semble pas très fier. Xavier Dorison ne dévoile que quelques secrets de ce passé pour mieux ménager le suspense et installer une certaine tension tout au long du récit. Le scénariste signe une aventure prenante et captivante qui est menée tambours battants. Les dialogues de Xavier Dorison, percutants à souhaits, terminent de convaincre le lecteur.

Undertaker 3, L’ogre de Sutter Camp, Dargaud, Dorison, Meyer
INT_UNDERTAKER_03_FR_PG06_54.indd
Undertaker 3, L’ogre de Sutter Camp, Dargaud, Dorison, Meyer
Undertaker 3, L’ogre de Sutter Camp, Dargaud, Dorison, Meyer
Undertaker 3, L’ogre de Sutter Camp, Dargaud, Dorison, Meyer
Undertaker 3, L’ogre de Sutter Camp, Dargaud, Dorison, Meyer
Undertaker 3, L’ogre de Sutter Camp, Dargaud, Dorison, Meyer

L’autre point fort de cette série est bien évidemment le graphisme de Ralph Meyer qui embarque superbement le lecteur dans l’ouest américain. Accompagnant le récit, le dessin de Ralph Meyer est plus sombre que sur le premier dyptique, avec beaucoup d’ambiance de nuit et dans la forêt. Le talent de Ralph Meyer n’est plus à démontrer, et pourtant on le (re)découvre à chaque album. Dans cet album le lecteur est notamment saisi par les gros plans des personnages, très réalistes et expressifs…

Xavier Dorison et Ralph Meyer remettent le couvert et signent avec L’ogre de Sutter Camp un excellent album mêlant habilement rythme et actions. Le cliffhanger final donne irrémédiablement envie de lire la suite de cette aventure… Vite !

 

Undertaker #3
L’ogre de Sutter Camp
64 pages
Xavier Dorison – Ralph Meyer
Dargaud
Parution : 27 janvier 2015

1 réaction sur “ Undertaker #3, la critique ”

  1. Ping Undertaker #4, la critique | une Case en plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.