Undertaker #4, la critique

Undertake, L'ombre d'Hippocrate, Dargaud, Dorison, MeyerL’ombre d’Hippocrate signe la conclusion du deuxième dyptique d’Undertaker dans lequel Xavier Dorison et Ralph Mayer s’intéresse au passé de Jonas Crow.

Gravement blessée, Rose a accepté de suivre L’Ogre de Sutter Camp, alias Jeronimus Quint, dans l’espoir qu’il la soigne. À leurs trousses, Jonas Crow et Lin, bien décidés à sauver leur amie et à régler une fois pour toutes son compte au monstrueux chirurgien. Mais comment arrêter un homme dont le génie maléfique lui permet de transformer chaque patient innocent en un complice mortel contre l’Undertaker ?

Tout comme L’ogre de Sutter Camp, qui débutait le second dyptique d’Undertaker, L’ombre d’Hippocrate est un album très réussi qui nous embarque dans un récit très efficace et sombre. Cette ambiance sombre est en grande partie le résultat de l’esprit de vengeance qui plane au-dessus de cet album, au travers de Jonas Crow qui traque Quint pour sauver Rose… Xavier Dorison retranscrit admirablement cette atmosphère pesante et angoissante qui tourne autour des personnages comme une ombre malfaisante. Au fur et à mesure, on en apprend davantage sur Jonas Crow, son passé, ses erreurs et sa relation avec Jeronimus Quint, les raisons qui l’ont poussé à devenir Croque-Mort. Le suspense est haletant tout au long de ce récit à la fois dynamique et prenant. La fin de ce dyptique est plutôt inattendue et marquera forcément l’esprit des lecteurs…

Undertake, L’ombre d’Hippocrate, Dargaud, Dorison, Meyer
Undertake, L’ombre d’Hippocrate, Dargaud, Dorison, Meyer
Undertake, L’ombre d’Hippocrate, Dargaud, Dorison, Meyer
Undertake, L’ombre d’Hippocrate, Dargaud, Dorison, Meyer
Undertake, L’ombre d’Hippocrate, Dargaud, Dorison, Meyer
Undertake, L’ombre d’Hippocrate, Dargaud, Dorison, Meyer

Graphiquement, Ralph Meyer est tout simplement impressionnant. Au-delà du scénario bien huilé de Xavier Dorison, Undertaker c’est aussi la patte magnifique du dessinateur. Dans cet album, on est impressionné par les dessins de Jeronimus Quint, notamment les gros plans, dans lequel Ralph Meyer retranscrit tout le machiavélisme et la perfidie de ce personnage, qui reste souriant personnage en toutes circonstances. A cela s’ajoute un découpage entraînant et dynamique. Impeccable !

Xavier Dorison et Ralph Meyer concluent superbement avec L’ogre de Sutter Camp un excellent dyptique à la fois dynamique et captivant. Ils créent la surprise avec une conclusion des plus inattendues, qui donne envie de lire le plus vite possible la suite de ce formidable Western !

 

 

Undertaker #4
L’ombre d’Hippocrate
56 pages
Xavier Dorison – Ralph Meyer
Dargaud
Parution : 24 novembre 2017

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *