Wannsee, la critique

Wannsee, Fabrice Le Hénanff, CastermanFabrice Le Hénanff propose avec Wannsee, chez Casterman, de revenir sur la conférence secrète qui a organisé l’holocauste.

Wannsee, banlieue de Berlin, le 20 janvier 1942. Quinze hauts fonctionnaires du Troisième Reich participent à une conférence secrète organisée par les SS. En moins d’une heure trente, ils vont entériner, et organiser, le génocide de millions de Juifs

Voilà un album qui ne laisse pas indifférent. Bien au contraire. Wannsee est même un album détonnant. Fabrice Le Hénanff plonge le lecteur, le 20 janvier 1942, au plein milieu de la conférence secrète de Wannsee organisée pour discuter et mettre en place de la solution finale. Fabrice Le Hénanff expose de manière très simple, et pour dire assez déroutante, le déroulé de cette conférence, réunissant une quinzaine de hauts fonctionnaires du Troisième Riech dans une superbe propriété Berlinoise, dont l’objectif est de décider du sort de millions de Juifs, de façon très administrative. Au fil des pages, on voit se dessiner l’horreur et l’impensable sans qu’aucun scrupule ou hésitation ne vienne troubler le fil de cette conférence. En refermant l’album, on réalise que cette solution finale n’était pour ces quinze fonctionnaires qu’une formalité, une étape banale mais indispensable pour évacuer des millions de juifs. En avant-propos, le scénariste se défend d’avoir réalisé un travail d’historien, et pourtant on comprend au fur et à mesure du récit tout le boulot qu’a du nécessiter Wannsee, en amont, pour arriver à un tel résultat. Vraiment très réussi.

Wannsee, Fabrice Le Hénanff, Casterman
2455_P1
2455_P2
2455_P3
2455_P4
2455_P5
2455_P6
2455_P7
2455_P8
2455_P9
2455_P10
2455_P11
2455_P12
2455_P13
2455_P14

Graphiquement, Wannsee est également un album très étonnant. Le traitement graphique de Fabrice Le Hénanff peut surprendre et déstabiliser de prime abord, puis on est embarqué par son style et son découpage très travaillé.

Wannsee est un album qui retranscrit admirablement la conférence qui a validé et instauré la solution finale. Fabrice Le Hénanff signe un album fort et émouvant, non dénué d’une certaine violence, qui marquera les esprits. Un immense bravo !

 

Wannsee
88 pages
Fabrice Le Hénanff
Casterman
Parution : 20 juin 2018

1 réaction sur “ Wannsee, la critique ”

  1. Ping Fabrice Le Hénanff, Dans la case... | Wannsee | une Case en plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.