Yesterday #1, la critique

Yesterday #1, David Blot, Jérémie Royer, Manolosanctis

En 2011, David Blot et Jérémie Royer publiaient Yesterday rendant ainsi hommage aux Beatles et à l’histoire du Rock. L’album est aujourd’hui au coeur de l’actualité, à l’occasion de la sortie du film Yesterday dont le réalisateur Danny Boyle se serait trop librement inspiré pour son film.

8 décembre 1980 : John Lennon est assassiné. Le même jour naît John Duval, dans une clinique bourgeoise de Paris. Vingt-trois ans plus tard, John débarque à New York, 5000 dollars en poche mais le lendemain matin, de façon inexplicable, il se réveille en … 1960. Le petit frenchie décide d’en prendre son parti : il tombe rapidement amoureux d’une femme qui le délaisse pour un certain Bob Dylan, un jeune chanteur de folk. C’est alors qu’il décide de monter un groupe, les Futurians, qui deviendra célèbre grâce au titre Yesterday : ça ne vous rappelle rien ?

Avouons-le immédiatement, on était complètement passé à côté de cet album lors de sa parution. A notre décharge, une Case en plus n’existait pas en 2011. Avouons-aussi que l’on ne se serait pas forcément intéressé à ce titre sans cette polémique. Et cela aurait été franchement dommage. Yesterday est un récit vraiment très original. David Blot met en scène John Duval qui, victime d’une faille temporelle, va devenir célèbre en reprenant tous les tubes d’un des plus grands groupe du monde. Le lecteur est plongé dans les années 1960 que le scénariste retranscrit à merveille grâce notamment à l’utilisation de nombreuses références et à la présence de protagonistes des années 60 tels que Bob Dylan, Miles David, Andy Warhol pour ne citer qu’eux, rendant le récit plus réaliste et crédible. Il va sans dire que David Blot connaît son sujet. Puis, sans être fan inconditionnel des Beatles, le lecteur se surprend à fredonner les tubes les plus célèbres du quatuor anglais, tout en lisant l’album, et bien après avoir refermé l’album, cette musique enivrante ne nous quitte pas pour notre plus grand des plaisirs.

Yesterday #1, David Blot, Jérémie Royer, Manolosanctis
Yesterday #1, David Blot, Jérémie Royer, Manolosanctis
Yesterday #1, David Blot, Jérémie Royer, Manolosanctis
Yesterday #1, David Blot, Jérémie Royer, Manolosanctis
Yesterday #1, David Blot, Jérémie Royer, Manolosanctis
Yesterday #1, David Blot, Jérémie Royer, Manolosanctis
Yesterday #1, David Blot, Jérémie Royer, Manolosanctis
Yesterday #1, David Blot, Jérémie Royer, Manolosanctis

Le trait de Jérémie Royer est simple et sobre mais très efficace. On ressent par moment quelques petites hésitations qui apportent un certain charme aux dessins. Graphiquement aussi, le lecteur est complètement immergé dans les années 60. Au passage, on s’amuse à pointer du doigt toute les petites références visuelles aux années 60 et on tente de mettre un nom sur tous les artistes dessinés par Jérémie Royer.

« Grâce » à ces accusations de plagiat, nous avons découvert une très histoire, très originale, que vous avez la possibilité de lire gratuitement grâce à son auteur David Blot. Bien malin aurait été l’éditeur qui aurait choisi de republier ce premier tome à l’occasion de la sortie du film de Danny Boyle et relancer cette formidable série dont on espère pouvoir lire la suite très bientôt !

 

 

Yesterday #1
John Duval & the futurians
David Blot – Jérémie Royer
Editions Manolosanctis
Parution : 1er septembre 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.