Zaï zaï zaï zaï, la critique

Zaï zaï zaÏ zaï - Fabcaro - Six pieds sous terreAprès Parapléjack et sortant du registre Achille Talon dont il signe le scénario de la nouvelle version, Fabcaro signe avec Zaï zaï zaï zaï un road-movie original publié par les éditions Six pieds sous terre.

Un auteur de bande dessinée, alors qu’il fait ses courses, réalise qu’il n’a pas sa carte de fidélité sur lui. La caissière appelle le vigile, mais quand celui-ci arrive, l’auteur le menace et parvient à s’enfuir. La police est alertée, s’engage alors une traque sans merci, le fugitif traversant la région, en stop, battant la campagne, partagé entre remord et questions existentielles. Assez vite les médias s’emparent de l’affaire et le pays est en émoi. L’histoire du fugitif est sur toutes les lèvres et divise la société, entre psychose et volonté d’engagement, entre compassion et idées fascisantes. Car finalement on connaît mal l’auteur de BD, il pourrait très bien constituer une menace pour l’ensemble de la société.

Avec Zaï zaï zaï zaï, Fabcaro signe un récit à la fois décalé et déjanté avec énormément d’humour. L’auteur se met en scène au cours d’une aventure à mi chemin entre road-movie et fait-divers. Se présentant à une caisse d’un supermarché sans sa carte de fidélité, l’auteur est contraint de prendre la fuite… Il s’ensuit dès lors une chasse à l’homme loufoque jusqu’en Lozère  pour retrouver ce drôle de fugitif. Mais bien plus qu’un simple récit tant déroutant qu’absurde, Zaï zaï zaï zaï est avant tout une satire de la société contemporaine et de ses dérives au sein de la famille, des médias et de la consommation. Sans oublier que l’auteur dénonce aussi à sa manière la précarité de son métier. Bref, Zaï zaï zaï zaï est un album très réussi qu’il vous faudra lire jusqu’au bout pour comprendre et rire de tout jusqu’à son titre.

Zaï zaï zaÏ zaï - Fabcaro - Six pieds sous terreÉpurés, les dessins de Fabcaro participent pleinement et efficacement à la réussite de l’album. Ses dessins réalistes sont en parfait décalage avec l’absurdité inhérente du récit.

Maniant parfaitement l’art de l’absurde et de la dérision, Fabcaro propose un récit drôle et intelligent. Il serait dommage de passer à côté d’autant que l’album a reçu le Grand Prix de la Critique ACBD 2016, autre gage de qualité !

 

Zaï zaï zaï zaï
Fabcaro
Six pieds sous terre
Parution : 21 mai 2015

1 réaction sur “ Zaï zaï zaï zaï, la critique ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.